Par Salem Al Ketbi

Dans son discours à l’occasion du dix-huitième anniversaire de son règne, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Roi du Royaume du Maroc, s’est exprimé à travers des mots francs, clairs et précis. Ce fut un discours franc et ouvert par excellence. Et bien que l’attention des médias s’est focalisée sur la critique de la performance négative et faible du gouvernement, le fait est que le roi a donné la priorité absolue au peuple dans son discours, il a parlé en tant qu’un homme d’État responsable de son peuple et soucieux de ses intérêts.

Le discours du Trône a été une nouvelle alerte destinée à l’élite politique marocaine afin qu’elle accorde l’attention, l’intérêt et les efforts mérités aux aspirations et demandes du peuple marocain, et assumer ses responsabilités politiques. Sa Majesté a laissé entendre dans son discours, que les paresseux dans l’exercice de leurs responsabilités n’ont que deux choix: soi travailler avec acharnement, donnant la priorité au peuple, ou se retirer de la scène publique.

L’action politique dans les pays arabes ne permet plus le luxe de perdre du temps et des efforts pour gagner en prestige et en bien-être. Le développement et la nécessité de répondre aux attentes et aux aspirations des peuples ont besoin d’énormément de temps et d’énergie, et donc continuer à travailler selon l’ancienne perspective de performance n’est plus valable pour le moment, et présente d’énormes dangers.
Le discours du Trône a également redéfini le concept de « responsabilité », de manière réaliste, en posant une question critique « Quel est le sens de la responsabilité, si le responsable ignore la plus simple de ses conditions, qui est être à l’écoute des préoccupations des citoyens, » Le message est bien clair ici pour tous les responsables. La responsabilité est synonyme d’écoute des préoccupations des citoyens, sinon il serait question de responsabilisation et de reddition de comptes.

L’évolution dans le Royaume du Maroc, exige une telle franchise et ouverture. L’avenir auquel aspire le roi et le reste du peuple marocain a besoin d’efforts puissants, et le plus important est de changer les mentalités et les concepts, notamment en ce qui concerne la notion de responsabilité et de l’action publique, et la nécessité d’une attention aux efforts fournis par la direction marocaine afin de lier la responsabilité et la reddition de comptes, pour un Maroc avancé et prospère.

Dans ce cadre, le discours du Trône est comme un une feuille de route pour l’avenir et un programme d’action qui doit être respecté par tous les responsables du royaume. Le discours a mis les points sur les i dans tous les dossiers des affaires publiques marocaines. Il a présenté une équation simple: soit s’engager vertueusement ou démissionner, et a mis l’accent sur la justice et l’égalité, à la fois dans les droits de développement des zones territoriales ou dans les droits individuels de tous les citoyens.

Le discours royal a été également caractérisé par un profond nationalisme et une partialité absolue au profit du peuple marocain. Il n’y avait pas de place pour le favoritisme. Le discours a donné un diagnostic et une description précis des causes de ce qui se passe à Al Hoceima, et a mis les choses en perspective. En fait, certains politiciens n’ont pas bien tenu leurs responsabilités et ont favorisé les intérêts personnels et ceux de leurs partis politiques aux dépens des intérêts du peuple, ce qui a aggravé les choses.

La responsabilité du leader est de planifier, prévenir et conduire à bon escient. Ainsi, le discours royal était plein d’énergie positive pour ceux qui veulent travailler pour le bien du peuple marocain. Tout le monde devrait revoir ses positions et pour de gagner plus de confiance ou réparer toute erreur afin de restaurer la confiance entre les parties de l’ensemble du système de travail de développement. Les responsables doivent prouver leur compétence afin de reprendre le leadership qui était absent chez certains d’entre eux. Ils doivent fournir une réponse à la question qu’a posée le roi dans son discours: « Si le roi du Maroc n’est plus convaincu de la façon avec laquelle la politique est pratiquée, et ne fait plus confiance à un certain nombre de politiciens , que reste –il donc au peuple? ».

Sa Majesté a offert une nouvelle occasion à ceux qui n’accomplissent pas bien leurs devoirs, qu’ils soient des individus ou des institutions, afin de se prouver eux-mêmes, et afin que la politique retourne à son rôle originaire, qui est d’être au service des citoyens, et la restauration de la confiance entre politiciens et citoyens. Quant à ceux que sa Majesté a décrits comme trop paresseux pour exercer leurs fonctions, ils seront soumis au questionnement et à la reddition des comptes.

Ma conviction personnelle est que le peuple marocain doit être heureux avec ce niveau merveilleux d’ouverture, reflété par les mots de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. « Nous sommes choqués par les projets inachevés et il est honteux de dire que nous sommes au Maroc d’aujourd’hui. » Ces mots reflètent un niveau extraordinaire de responsabilité nationale. Ils expriment une colère au profit du peuple du Maroc et de ses générations actuelles et futures.

Sa majesté a également reconnu la faiblesse de l’administration du gouvernement comme l’une des raisons qui entravent l’avancement du Maroc, afin de montrer au gouvernement où se trouve le mal. Le gouvernement doit se débarrasser des fonctionnaires incompétents et non ambitieux, et qui n’ont pas assez de responsabilité dans l’accomplissement de leur travail, afin de relancer le modèle institutionnel marocain comme l’un des systèmes avancés, étant resté lettre morte à cause du manque de rendement des cadres supérieurs que sa Majesté le roi a reconnu dans son discours.

Le génie du roi ce discours est non seulement en révélant les lacunes des erreurs fatales qui ont causé la construction d’une crise cumulée de la confiance entre les citoyens et les institutions et les représentants du gouvernement dans les provinces et plusieurs villes du Royaume, mais aussi il est en possession de l’initiative et la capacité de corriger les erreurs et traitées, et ne sera pas et corriger le chemin du traitement se produit sans ouverture, tels que ceux étaient dans ce discours historique, chargé avec beaucoup de messages et de connotations.

Le génie de ce discours réside aussi dans l’expression des sentiments profonds du peuple marocain, et de sa colère forte contre la performance du gouvernement dans de nombreux domaines. Je peux confirmer que si les politiciens avaient travaillé avec sérieux suite au discours du Roi Mohammed VI au Parlement à la mi-Octobre 2016, ils se seraient épargnés tout ce blâme dans ce dernier discours, où Sa Majesté a déclaré: « l’objectif qui devrait être recherché par toutes les institutions est le service du citoyen;. sans cela elles restent inutiles, n’ayant aucune raison d’être ».

Le Roi Mohammed VI, à cette occasion, a considéré que gérer les affaires des citoyens et servir leurs intérêts est une responsabilité nationale, sérieuse et honnête, ne tolérant ni complaisance ni retard, puis il a continué, « il regrettable de noter que certaines personnes profitent de l’autorisation qui leur est accordée par les citoyens de gérer les affaires publiques donnent la priorité aux intérêts personnels et partisans, au lieu de l’intérêt public, pour des calculs électoraux, et ils ignorent donc que le citoyen est le plus important dans l’élection, et non un candidat ou un parti. Ils trahissent les valeurs du travail politique noble. S’ils ne veulent pas faire leur travail et ne se soucient pas de servir les intérêts des citoyens, que ce soit au niveau local ou régional, voire national, pourquoi alors choisissent –ils l’action politique? ».

Le roi a également considéré que les services publics et les administrations publiques souffrent de plusieurs lacunes liées à la faiblesse de la performance et de la qualité des services fournis aux citoyens, et a dit que l’administration « souffre de l’inflation et du manque d’efficacité, et de l’absence d’un sentiment de responsabilité parmi beaucoup d’employés » et que « l’administration souffre, surtout, d’une culture ancienne chez la majorité des Marocains .. elle représente pour beaucoup d’entre eux une cachette qui leur garantit un salaire mensuel, sans reddition de comptes sur le rendement qu’ils offrent »..

Un an est passé sur ce discours, et rien n’a changé. Plusieurs institutions et politiciens n’y ont pas accordé l’attention nécessaire, ce qui explique la colère du roi dans le discours d’aujourd’hui.
Le dernier discours royal exprime une forte colère à travers des mots qui reflètent profond nationalisme en vue que le roi, et que nous tous en tant qu’Arabes, puissions voir le peuple marocain à la place qu’il mérite en termes de développement, si Dieu le veut.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.