Un tribunal de Fès a condamné un jeune marocain à un an de prison ferme et à une autre année avec sursis en tenant compte de « circonstances atténuantes », sachant que l’accusé ayant un casier judiciaire vierge, pour tentative de « viol avec violence » conformément à l’article 485 du code pénal.

Cet article, rappelle-t-on, punit de « la réclusion de 5 à 10 ans tout atteinte à la pudeur consommée ou tentée avec violences contre des personnes de l’un ou de l’autre sexe ».

Selon les éléments de l’enquête, le jeune marocain avait rencontré une touriste chinoise à Bab Boujloud, avant de l’accompagner en tant que « guide » pour visiter la veille ville de la capitale spirituelle. Visite à l’issue de laquelle elle a lui demandé de lui tenir compagnie jusqu’au Riyad où elle séjourne.

Une fois arrivés à destination, le jeune, apparemment « ébloui par la beauté de la touriste », n’a pas hésité à l’embrasser sur la joue, selon les médias locaux.

La touriste chinois a par la suite porté plainte contre le jeune et innocent « guide » fassi, qui vite a été interpellé par la police.

L’affaire a crée, mercredi dernier, une polémique entre les juges et l’avocat de la défense, Ahmed Horma du Parti justice et développement (PJD) qui a estimé exagéré d’assimiler un bisou sur la joue au « viol avec violence », selon les mêmes sources.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.