Terrorisme – Un handicapé espagnol a envoyé 200 jeunes au casse-pipe chez Daesh, dont nombreux marocains

share on:

Le chef d’une cellule terroriste de nationalité espagnole a fait du nord marocain son centre international de recrutement à partir duquel il est parvenu à recruter quelque 200 combattants étrangers au profit des organisations terroristes Daesh et Al Qaïda.

La majorité de ces combattants, envoyés en Syrie, en Irak, en Libye et au Mali, sont originaires du Maroc et de la France et dans une moindre mesure de la Tunisie, de la Turquie et de la Belgique.

Le journal espagnol El Pais, a souligné que les services secrets marocains se sont très tôt rendus compte des mouvements suspects du chef de cette cellule dans la région de Nador où il résidait et qu’ils ont tenté d’arrêter en 2012 avant qu’il ne s’enfuit vers la ville de Melillia et d’y poursuivre ses activités de recrutement jusqu’à son arrestation et le démantèlement d’une partie de sa cellule internationale dans une opération sécuritaire conjointe hispano-marocaine en mars 2014.

+Marié avec une marocaine+

Il s’agit d’un citoyen espagnol, Raphael Maya May qui s’est donné comme nom Mustapha Maya May, après sa reconversion à l’Islam.

Mais il était plus connu dans les milieux djihadistes marocains par le nom d’Abou Soufiane.

Né en Belgique de parents espagnols, Maya May, qui est handicapé et se déplace en chaise roulante, avait quitté Malaga en 2012 pour s’installer au Maroc près de Nador après son mariage avec une marocaine.

Le réseau international que dirigeait Mustapha Maya disposait de sections au Maroc, en France, en Tunisie, en Turquie, en Libye, au Mali, en Syrie et en Indonésie de même que la majorité des marocains qu’il a envoyé en Syrie ont rejoint Daesh ou le Front Annosra et Daesh en Irak ainsi que les milices d’Ansar Asharîa en Libye et Al Qaïda au Maghreb islamique et au Mali.

Le terroriste espagnol ne se contentait pas uniquement de recruter des combattants hommes mais aussi des femmes, l’enquête ayant révélé des extraits des lettres de recrutement qu’il adressait à ses victimes pour les convaincre de rejoindre le Jihad.

L’enquête a également révélé qu’il a réussi à recruter un très grand de jihadistes marocains en utilisant 9 pseudonymes différents et 6 comptes dans les réseaux sociaux. De même qu’il prodiguait à ses recrues des conseils et des consignes pour ne pas attirer l’attention et se faire prendre pendant leur voyage vers la Syrie.

Article19.ma

share on:

Leave a Response