Hirak Rif – Le juge d’instruction refuse la libération provisoire à Silya Ziani

share on:

Le juge d’instruction près la cour d’appel de Casablanca a refusé la demande de « libération provisoire » présentée par la défense de l’artiste rifaine, Silya Ziani et ses camarades Nabi Ahamjik et Karim Amghar, qui sont en détention préventive à la prison Oukacha.

Les trois jeunes d’Al Hoceima été intercéptés
par la police locale et transférés à Casablanca, suite à leur participation aux manifs sociales et pacifiques d’Al Hoceima. Manifs qui ont éclaté après le décès accidentel du poissonnier, Mouhcine Fikri, le 28 octobre 2016.

Des avocats de la défense ont indiqué, selon le quotidien Almassae, que l’audition de Silya a duré environ 4 heures pendant lesquelles elle a été soutenue par un groupe d’avocats de différents barreaux, ajoutant que l’intéressée a rejeté l’ensemble des accusations qui lui sont reprochées, dont « la participation à des manifestations non autorisées ».

L’artiste rifaine affirme qu’elle était « sortie dans la rue pour protester en vue de la satisfaction de revendications de nature économique et sociale ».

Silya est apparue fatiguée lors de sa comparution devant le juge d’instruction et qu’elle a protesté contre la manière avec laquelle elle a été arrêtée par la police et contre « les propos vulgaires » et « dégradants » tenus à son égard lors de son arrestation.

Salima Ziyani, alias Silya, rappelle-t-on, a été intercéptée, après l’incident de la mosquée survenu à la fin du mois de mai dernier, par la police d’Al Hoceima et transférée à la prison d’Oukacha pour les mêmes faits reprochés aux autres détenus du Hirak, y compris leur leader Nasser Zefzafi.

Article19.ma

share on:

Leave a Response