Piqué au vif, suite à la polémique sur la « lettre de Zefzafi », l’ancien ministre des Droits de l’Homme, Me Ziane affirme que son client Nasser Zefzafi a été « torturé » à Al Hoceima. Par ailleurs, il avertit que Hirak Rif risque de continuer « si on ne libère pas » les jeunes activistes.

Dans un entretien accordé à Article 19, Me Mohamed Ziane révèle pour la première fois que « 20 plaintes » ont été déposées contre un certain « Aissa », commissaire de police à Al Hoceima, et ce, pour « torture » et « agissements violents et dégradants » à l’encontre de son client et autres manifestants pacifiques dans le Rif.

Selon Ziane, le comportement de ce commissaire rappelle la méthode policière de délation et de répression des militants de gauche à Santiago du Chili, en septembre 1973.

L’ancien bâtonnier de Rabat ne cache pas sa colère, son amertume et sa révolte contre les atteintes aux droits de l’homme à Al Hoceima.

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.