Le grand écrivain marocain, Tahar Benjelloun a surpris ces lecteurs cette semaine par cette sortie médiatique ‘courageuse’ sur un thème qu’il a rarement traité, à savoir la CAF et le monde du sport.
Dans une réponse à la CAF et son verdict sous forme de ‘châtiment’ envers le Maroc, Benjelloun a réagi en tranchant le débat: ‘Faut pas payer,’ écrit-il dans son blog, accessible sur le site casablancais Le360.ma . Un conseil de sage aux décideurs afin de préserver la dignité des marocains face aux rapaces de la CAF.
FAUT PAS PAYER
par Tahar Benjelloun

L’amende de 9 millions d’euros infligée au Maroc par la Confédération africaine de football révolte notre chroniqueur. Lui qui ne porte pas le monde du football dans son coeur propose d’envoyer balader la CAF. « Refus de payer, refus de négocier », préconise Tahar Ben Jelloun.

Je ne suis pas sportif, je regarde rarement un match de football, je me méfie des dirigeants de clubs et autres confédérations. Quand j’ai appris que la CAF a condamné le Maroc à 9 millions d’euros et l’équipe nationale à être privée des deux prochaines compétitions, mon sang footballistique n’a fait qu’un tour, un tour du stade où des parvenus se prennent au sérieux et décident de se payer le Maroc en remplissant les caisses de leur planque. Qui sont ces individus qui se prennent pour des juges? On sait que le sport et l’argent fonctionnent comme l’huile et le feu, comme des portes ouvertes à toutes formes de corruption possibles et imaginables. On sait à présent que le jeu en tant que plaisir est souvent une mascarade, que des matchs ont été «vendus», que les amateurs et fans du football ont été bernés, trompés, humiliés par des magouilleurs passés maîtres dans les arrangements avec la victoire.

Je ne connais pas les gens de la CAF. D’emblée je ne leur fais aucune confiance. Je ne prendrai même pas un café avec eux. Je n’ai jamais aimé ceux qui tournent autour des vrais artistes, ceux qui les vendent et les achètent, ceux qui font leur promotion puis les abandonnent quand ils ne sont plus rentables. Le sport est le milieu où pas mal de pourriture s’est installée.

Ce qui est malheureux c’est que notre pays n’a pas (encore) réussi à avoir une grande et belle équipe, une équipe forte qui s’imposerait partout dans le monde. Alors pourquoi avoir voulu organiser la coupe d’Afrique? Il fallait redoubler d’efforts afin de constituer une excellente équipe au lieu de perdre du temps et de l’argent à vouloir recevoir des équipes qui se moquent pas mal du devenir sportif du Maroc.

Le Maroc a été prudent. Le virus Ebola continue de tuer en Afrique. Ce n’est pas parce que la presse n’en parle plus que le virus s’est éteint de lui-même. Ce matin encore j’ai entendu sur Radio France Internationale des témoignages de familles africaines dont la plupart des membres sont morts suite à la contamination par le virus Ebola. Le fait que notre pays ait demandé un report de cette coupe était ce qu’il fallait faire. Mais l’argent allait tarder à tomber dans des poches largement ouvertes. Pour certains il fallait non seulement organiser la coupe mais punir le Maroc dont la justesse et la force des arguments n’ont jamais été pris au sérieux.

Je ne connais pas les relations qu’entretient le sport marocain avec cette CAF. A mon avis, et encore une fois je réagis en tant que citoyen en colère: pas un centime ne devrait être donné à la CAF. Refus de payer, refus de négocier. Bref, rigueur et dignité. Que cette confédération aille jouer ailleurs. Une question cependant, les gens de cette CAF ont-ils le bras assez long pour faire mal à nos territoires du sud? Ont-ils le pouvoir de bloquer une solution politique au Sahara? Je n’en sais rien, mais quoi qu’il en soit, investissons les 9 millions d’euros dans la formation et la préparation des équipes marocaines pour qu’elles puissent, un jour, former une équipe nationale de très haut niveau. Quant au Sahara, on sait qui bloque toute solution.

Le360.ma/article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.