VIDÉO – La tradition exige que tous les Saoudiens serrent la main de Salman Ben Abdelaziz al-Saoud, le nouveau souverain du pays. Pour éviter une épuisante cérémonie de plus de 10 millions de poignées de main, des répliques du roi en carton ont été installées.

En Arabie saoudite, serrer la main de son souverain est une tradition. Un signe de respect exigé pour tous les Saoudiens, au sens masculin du terme. Depuis la mort du roi Abdallah, le 23 janvier dernier, le royaume réfléchit à une cérémonie d’allégeance à Salman Ben Abdelaziz al-Saoud, demi-frère d’Abdallah, et désormais à la tête de la 19e puissance mondiale.

Le scénario où le roi, assis sur un trône au palais d’al-Yamama, voit défiler ses millions de sujets, venus de tout le pays pour une molle poignée de mains, n’a pas été retenu. Problèmes de logistique, sans doute, mais aussi de santé. À 79 ans, le roi Salman est faible, et souffrirait même de la maladie d’Alzheimer, selon The Economist. Pour le ménager, des répliques en carton ont donc été installées dans des lieux publics (écoles, prisons…), donnant lieu à des scènes improbables.

La controverse Michelle Obama

Michelle Obama rencontre le roi Salman, à Riyad

Fin janvier, les quelques heures passées par le couple Obama en Arabie saoudite avaient fait grand bruit, notamment au sujet de la poignée de main très polémique de la première dame avec le roi Salman, privilège qui n’est pas habituellement accordé aux femmes. Sa tenue et ses cheveux détachésavaient aussi fait grincer des dents. Un acte militant pour certains, qui rappellent que Michelle Obama s’était pliée au port du voile lors de sa visite en Indonésie en 2010. Toutefois, la même année, Angela Merkel était bien tête nue lors de sa visite en Arabie saoudite.

Au Maroc, le baisemain

Dans d’autres monarchies, les signes d’allégeance au roi sont parfois gentiment moqués. Au Maroc, la tradition du baisemain perdure, ce qui fait des Marocains «la risée de leurs congénères arabes» selon cet article de SlateAfrique. Plus amusant, les instants où les cultures se rencontrent. Comme cette visite en novembre 2013 du roi Mohammed VI en Côte d’Ivoire, qui refuse, gêné, le baisemain à un homme politique ivoirien. Cerise sur le gâteau à leur rencontre suivante: le souverain accueille Alassane Ouattara, et fait lui-même un baisemain à la première dame ivoirienne.

Article19.ma / Le Figaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.