Le secrétaire général du Parti justice et développement, Abdelillah Benkirane, a rompu son silence suite à la publication du communiqué conjoint des sections locales du PJD, de l’Istiqlal et l’Union socialiste des forces populaires à Al Hoceima relatif aux manifestations que connaît cette ville et dans lequel les trois partis ont accusé le ministre de l’intérieur Abdelouafi Laftit de conduire le pays vers l’inconnu.

Benkirane a rappelé, jeudi, aux instances territoriales de son parti la procédure devant être suivie pour la publication de communiqués au nom du parti, procédure qui stipule « la nécessité de soumettre à son appréciation personnelle » les communiqués, particulièrement ceux à caractère politique.

Alors que Benkirane avait vigoureusement désapprouvé, à cause du non respect de la même procédure, le communiqué de son parti à Guelmim en 2015 concernant l’éviction du wali Mohamed Ali Al Admi, il a choisi cette fois de prendre une position médiane en se contentant de rappeler la procédure à respecter sans pour autant désapprouver le communiqué conjoint qui s’en prend de manière sans précédent au ministre de l’intérieur.

« Suite à la publication et à la diffusion de communiqués par certains instances du parti ces derniers temps sans prendre en considération les dispositions de la note adoptée en ce sens, nous rappelons les frères et les sœurs responsables des instances territoriales du parti de ne pas publier des communiqués émanant de leurs instances ou des instances élus, particulièrement ceux portant sur des questions politiques, qu’après concertation avec les secrétaires régionaux du parti et l’approbation du secrétaire général pour leur diffusion », a souligné Benkirane dans une note publiée sur le site officiel du PJD relayée par Alyaoum24.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.