This undated photo obtained on May 25, 2017 from Facebook shows Manchester-born Salman Abedi, suspect of the Manchester terrorist attack on May 22 on young fans attending a concert by US pop star Ariana Grande. The May 22 attack was the deadliest in Britain since 2005 when four Islamist suicide bombers attacked London's transport system, killing 52 people. / AFP PHOTO / FACEBOOK / - / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / FACEBOOK" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Selon la presse britannique, l’homme responsable de l’attentat-suicide qui a coûté la vie à 22 personnes à Manchester lundi dernier avait été plusieurs fois signalé aux autorités pour radicalisation.

la tragédie de la Manchester Arena aurait-elle pu être évitée ? C’est la question que pose, en filigrane, les révélations de la presse britannique. Salman Abedi aurait été signalé aux autorités à cinq reprises – au moins -, depuis 2012.

1 (et 2) Deux amis d’Abedi, en 2012 et 2016

Selon une source de la « BBC », « deux amis de Salman Abedi se sont inquiétés de sa radicalisation, au point qu’ils ont séparément appelé le numéro prévu par le contre-terrorisme [pour signaler les comportements suspects, NDLR] il y a cinq ans, puis à nouveau l’année dernière ».

Selon cette source, « ils craignaient qu'[Abedi] ‘supporte le terrorisme' ». Ce dernier aurait assuré qu' »être un kamikaze était ok ».

3 Des musulmans de Manchester, en 2015

Selon Mohammed Shafiq, dirigeant de la Ramadhan Foundation (Fondation du ramadan), une association musulmane basée à Manchester, « des membres de la communauté ont exprimé leurs inquiétudes à propos de la manière dont cet homme [Salman Abedi] se comportait, et l’ont reporté en bonne et due forme, en utilisant les voies requises ».

« Ils n’ont pas eu de retour depuis. »

Cité par le « Telegraph », Mohammed Shafiq précise que ces musulmans pensaient « qu'[Abedi] était lié à l’extrémisme et au terrorisme ».

4 La mosquée qu’il fréquentait

Selon le « Telegraph », qui cite Akram Ramadan, un Libyen musulman de 49 ans du sud de Manchester, Abedi avait été banni de la mosquée de Didsbury, qu’il fréquentait avec son frère. En cause : sa dispute avec un imam, dont le sermon condamnait l’extrémisme religieux.

Le « Guardian » rapportait cette anecdote voilà quelques jours. Mohammed Saeed, l’imam en question, se souvenait du regard de « haine » que lui avait lancé Salman Abedi.

Selon Akram Ramadan, Abedi avait été placé sur une « liste de personnes à surveiller » après avoir été signalé par la mosquée pour son idéologie extrémiste. Une source du « Telegraph » a confirmé au journal que la mosquée avait contacté le service de prévention de la radicalisation du ministère de l’Intérieur à propos d’Abedi.

5 Sa famille

Aux dires des services de renseignement américains, la famille d’Abedi avait contacté la police britannique en affirmant qu’il était « dangereux », rapporte le « Telegraph ».

Un ami de la famille a également assuré au journal que les parents du terroriste avaient brièvement confisqué le passeport de leur fils pour l’empêcher de rentrer en Angleterre. Ils lui auraient ordonné de vivre avec eux en Libye, en vain.

Après l’attentat de Manchester, le père de Salman Abedi, Ramadan Abedi, qui vit à Tripoli en Libye, avait assuré qu’il avait été « vraiment choqué quand [il] avait regardé les informations ».

« Il [Salman Abedi] a toujours été contre ces attaques, disant qu’elles n’avaient pas de justifications religieuses.  Je ne comprends pas comment il a pu être impliqué dans une attaque qui a entraîné le meurtre d’enfants. »

En plus de ces cinq signalements, les services britanniques – qui connaissaient Salman Abedi avant qu’il ne passe à l’acte, selon la ministre de l’Intérieur britannique – auraient pu avoir la puce à l’oreille pour une autre raison : en Libye, son père était membre d’une organisation islamiste interdite en Angleterre, le Libyan Islamic Fighting Group (Groupe de lutte islamique libyenne), affirme le « Telegraph ».

Abedi avait aussi des liens avec plusieurs djihadistes basés en Angleterre, qui entretenaient des liens avec l’Etat islamique, selon le quotidien.

Source: nouvelobs.com

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.