Beaucoup d’accusations sont adressées au ministère de l’intérieur au sujet de la transparence des prochaines élections régionales et communales.

Akhbar Alyaoum a rapporté que l’homme des élections au ministère de l’intérieur, le gouverneur directeur Hassan Aghmari, s’est trouvé, samedi dernier, face à face avec le tissu associatif, qui s’est demandé s’il n’était pas plus opportun de confier la gestion du dossier des élections à une instance indépendante, et si le ministère de l’intérieur procéderait , comme dans le passé, au traçage d’une nouvelle carte politique, ou si la situation post constitution 2011 et la direction du gouvernement par les islamistes le pousserait  à la neutralité et à assurer les moyens de travail pour parvenir à des élections démocratiques.

Le quotidien a ajouté que Aghmari a fait la plaidoirie de la décision du ministère de non- inscription des citoyens en se référant à la base de données de la sûreté nationale, en disant : « nous ne tirerons pas les gens par le cou pour s’inscrire sur les listes électorales ». Par ailleurs, il a rejeté l’idée de l’institution d’une instance indépendante  pour superviser l’organisation des élections, en s’interrogeant : « qui assurera les moyens logistiques à cette instance pour qu’elle accomplisse sa mission ? C’est le ministère de l’intérieur ».Il a enchaîné : « la supervision des élections par l’administration est devenue indiscutable ».    

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.