Le tribunal de première instance de Marrakech a condamné à 7 mois de prison ferme et à une amende de 1500 dirhams l’enseignante mariée en cachette à deux hommes en même temps. Son second époux a écopé la même peine de 7 mois de prison ferme.

Par ailleurs, le tribunal avait acquitté les deux adouls qui étaient poursuivis en état de liberté dans ce dossier, après que l’authentification du deuxième acte de mariage ait été établie, a rapporté le quotidien Akhbar Alyaoum.

La semaine dernière, selon la même source, le parquet aurait émis un mandat national de recherche concernant l’agent auxiliaire de l’autorité (mouqadem) d’un douar de Tassaltanet, près de Marrakech, qui avait délivré un certificat de célibat à l’enseignante alors que celle-ci était déjà mariée.

Les investigations menées par les services de la police avaient révélé que les documents fournis par la femme polyandre étaient des faux en ce sens que le dossier en possession du tribunal des familles de Marrakech contient des noms qui ne sont pas ceux de la mise en cause et de son second mari.

La polyandre avait nié devant le ministère public qu’elle était mariée à l’homme avec lequel son premier époux et père de ses trois enfants l’avait surprise près de l’établissement scolaire dans lequel elle travaille. Elle a affirmé qu’il s’agit seulement d’un collègue de travail qui lui enseigne l’informatique et l’aide dans l’impression des documents, soulignant qu’en raison de son déséquilibre mental il a prétendu être son époux.

Les investigations ont également révélé qu’elle avait obtenu les faux documents par l’intermédiaire d’un herboriste du quartier Sidi Youssef ben Ali, qui l’a accompagné au siège de la commune de Tassaltanet où elle s’est présentée à l’auxiliaire de l’autorité comme étant célibataire, prétendant qu’elle est originaire de la ville de Safi et qu’elle avait besoin d’un certificat de célibat pour pouvoir se marier, mariage qu’elle a finalement contracté le 23 janvier 2016, alors qu’elle était toujours lié, et ce depuis 20 ans, à son premier mari.

La mise en cause, indique-t-on, avait demandé le divorce de son premier mari à cause de ses « négligences » à son égard, son âge et ses mésententes avec lui, mais devant le refus de sa famille et de son mari de divorcer, elle a lié une relation avec celui qui allait devenir son second époux.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.