Après avoir semé le chaos à Benghazi, l’un des hommes les plus recherchés de Libye est mort.

L’organisation terroriste libyenne Ansar al-Sharia a confirmé samedi 24 janvier la mort de son leader Mohamed al-Zahawi.

Le groupe jihadiste a annoncé la nouvelle sur Twitter, YouTube et d’autres sites de médias sociaux, en publiant des photos du terroriste mort.

Al-Zahawi « a été tué dans les combats à Benina, près de l’aéroport de Benghazi, dans le sud-est de la ville », ont annoncé sur Facebook la Brigade des martyrs du 17-Février et une autre milice islamiste, la Brigade Rafallah al-Sahati.

Une source proche du Conseil de la Shura des révolutionnaires de Benghazi a également confirmé sa mort à l’AFP.

Par ailleurs, une source dans la ville de Misrata, dans l’ouest du pays, a indiqué que le corps d’al-Zahawi était arrivé mardi matin en secret à l’aéroport, en provenance de Turquie.

Al-Zahawi serait mort dans un hôpital turc, où il était soigné pour des blessures reçues lors des combats pour Benghazi.

Afrigatenews a cité cette source affirmant qu’aucune funéraille n’avait été organisée pour al-Zahawi, mais que sa famille avait tenu une veillée funéraire à Misrata, qui n’avait pas attiré beaucoup de personnes venues présenter leurs condoléances à la famille.

Des témoins ont précisé que la famille d’al-Zahawi vit à Misrata depuis le mois d’août dernier, à l’invitation du Conseil de la Shura de la ville.

Un membre de la famille a déclaré à ajwa.net qu’al-Zahawi était décédé après être resté longtemps dans le coma à la suite des blessures reçues alors qu’il commandait le Conseil de la Shura des révolutionnaires de Benghazi contre les forces du général Khalifa Haftar, dans un faubourg de Benghazi.

Al-Zahawi avait dirigé la brigade Rafallah al-Sahati avant de créer Ansar al-Sharia à Benghazi début 2012.

Il avait suscité une très forte réprobation en Libye après avoir publié une déclaration, en mai dernier, dans laquelle il menaçait de transformer le pays en un nouvel Irak ou une nouvelle Syrie.

Selon certaines informations, Ansar al-Sharia aurait désigné un nouveau leader, Abu Abdullah al-Libi, pour succéder à al-Zahawi.

De nombreux Libyens ont refusé de commenter la mort d’al-Zahawi pour Magharebia, par peur de représailles de la part du groupe terroriste.

Après l’annonce de sa mort, Ansar al-Sharia a lancé de violentes attaques à al-Laithi, l’un de ses bastions à Benghazi, pour tenter de reprendre les positions perdues face à l’armée libyenne et aux jeunes lui ayant apporté leur soutien.

Deux soldats ont été tués et dix-huit autres blessés lors de ces attaques lancées dimanche 25 janvier dans la matinée. Deux journalistes ont également été blessés.

Selon les observateurs, les opérations lancées dimanche par Ansar al-Sharia à al-Laithi ne sont qu’une tentative de venger la mort de son leader et de compenser ses pertes dans la ville.

Des habitants ont expliqué que les terroristes avaient déclenché un feu de mortiers au hasard, tuant un homme, une femme et un enfant dans les maisons frappées par ces tirs.

Ils ont ajouté que l’armée avait réussi à libérer une famille détenue par Ansar al-Sharia et à arrêter trois terroristes dans le même quartier.

Article19.ma / Magharebia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.