L’État marocain serait disposé à payer pour le rapatriement du squelette de dinosaure marin qui s’est retrouvé mystérieusement aux mains des « marchands d’antiquités » en France. Mais il y aurait une condition de taille: le respect de la légalité.

Dans une déclaration à l’agence espagnole EFE, le directeur du patrimoine au ministère de la Culture, Abdalah Alaoui, a affirmé que son département est en attente des résultats des investigations menées dans cette affaire, en ajoutant « si le squelette est sorti de manière illégale, il devra retourner à son pays d’origine ; cependant, si la sortie a été faite de manière régulière, il sera procédé au remboursement des acheteurs pour le récupérer ».

Selon le site Bladi, le dinosaure en question devait être vendu cette semaine par la société de vente aux enchères parisienne Drouot mais dont l’opération a finalement été annulée après l’intervention de l’ambassadeur du Maroc à Paris.

Du côté français, l’institution Drouot s’est abstenue de toute transaction mais a décidé d’exposer au public ce trésor patrimonial unique, connu sous l’appellation scientifique « Zarafasaura Oceanis ».
L’âge du squelette est estimé à 66 millions d’années et sa mise à prix devait commencer à 350.000 euros, mais les propriétaires espéraient en tirer au moins un million d’euros.
Les ossements ont été retrouvés en 2011 dans une carrière de phosphates située à Oulad Abdoun avant d’être exportés illégalement vers l’étranger.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.