Notre ministre des Affaires Etrangères, Salaheddine Mezouar,  effectuera, cette semaine, une visite à Paris au cours de laquelle il rencontrera notamment son homologue français, Laurent Fabius, a-t-il confié à l’agence MAP.

“Je compte effectuer cette semaine un déplacement à Paris pour rencontrer, notamment, mon homologue français Laurent Fabius”, a affirmé M. Mezouar dans une déclaration lundi à la MAP, précisant que cette visite sera l’occasion de “faire le point sur les différents aspects de notre coopération bilatérale et ce, dans le contexte particulier et douloureux que traverse la France”.


« Ce déplacement reflète, encore une fois, la volonté ferme et sincère du Royaume du Maroc de surmonter définitivement et durablement tous les obstacles qui pourraient entraver la pleine coopération entre les deux pays, » a-t-il ajouté.

En d’autres termes essayer de tourner la page d’une crise diplomatique qui a trop duré à un moment où le terrorisme sévit au nord comme au sud de la Méditerranée. 

Il est à noter qu’une série « d’incidents diplomatiques » avaient envenimé les relations franco-marocaines depuis un an . En février 2014, une plainte a été déposée à Paris pour « torture » et « complicité de torture » contre le responsable de la DGST, Abdelattif Hammouchi. Des policiers français s’étaient même rendus à la résidence de l’ambassadeur du Maroc à Neuilly, pour apporter à une convocation du juge d’instruction français. 

Les autorités marocaines avaient réagi « par réciprocité » en suspendant la coopération judiciaire bilatérale sine die. D’autres faits avaient contribué à accentuer cette crise diplomatique : la fouille du ministre Mezouar à l’aéroport Roissy-Charles De Gaulle, les propos insultants d’un diplomate français sur le Maroc rapporté par un acteur espagnol proche du Polisario. Enfin l’affaire du capitaine Adib était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.