L’inspection générale du ministère de la justice et des libertés poursuit ses visites aux tribunaux pour l’évaluation de leurs gestions et relever les cas nécessitant des enquêtes sur les richesses accumulées par des juges et des membres de leurs familles ainsi que pour enquêter sur des plaintes à l’encontre de juges et de greffiers et ce dans le respect de l’indépendance de la justice, a rapporté le quotidien Almassae.

La même source a indiqué que l’inspection générale du ministère de la justice a reçu, au cours de l’année écoulée et les derniers mois, plus de 30 plaintes ainsi que des instructions de la part du ministère d’enquêter sur certains cas conformément à l’article 13 du Dahir relatif à l’organisation judiciaire du Maroc. A l’issue de ces enquêtes, 3 juges ont ainsi été présentés au conseil supérieur de la magistrature en raison de manquements professionnels ou de leurs conduites et parfois à cause de violation des règlements juridiques ayant influencé des décisions juridiques et porté préjudices à certains intérêts.

La règle « d’où tenez-vous cela ? » a été appliquée à l’encontre de plusieurs juges, a précisé le journal ajoutant que des vérifications ont concerné leurs richesses et celles de leurs épouses et des membres de leurs familles. Cette règle a été aussi appliquée à 4 autres juges qui devront comparaitre devant le conseil supérieur de la magistrature.

Toutefois, selon certaines sources, la plupart des plaintes reçues par le ministère à l’encontre des juges sont de nature vindicative, mensongères ou de règlement de compte.

L’inspection générale du ministère de la justice et des libertés a notamment reçu des plaintes relatives à certains manquements administratifs, la perte de dossiers ou la non exécution de jugements, plaintes, indique-t-on, auxquelles l’inspection a donné des suites et a fourni des éclaircissements à leur sujet au médiateur du royaume.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.