L’attaque terroriste dont ont été victimes Charlie Hebdo et ses journalistes, nous rappelle l’assassinat d’un grand caricaturiste palestinien Naji al-Ali, tombé sous les balles du terrorisme politique en plein Londres, il y a 28 ans de ça. Certains journalistes ont choisi le prénom de ‘Naji’ pour leurs enfants en signe de sympathie et de fierté pour le courage et la dignité de cet homme, mort debout en défendant une cause sacrée (la Palestine) avec sa plume.
 
On a repris ce texte mis en ligne sur le site Mondialisation.ca, afin de rappeler aux lecteurs, qu’abstraction faite de l’instrumentalisation médiatique qu’on fait d’un triste événement, les criminels peuvent tuer un homme mais jamais  son idée surtout quand elle est synonyme de liberté.
unnamed-1

Souvenons nous ! Le dessinateur et caricaturiste palestinien Naji al-Ali, célèbre au Proche-Orient, a été assassiné à Londres, le 22 juillet 1987, près du quotidien koweiti Al-Qabas où il travaillait. Il était irrévérencieux à l’égard des potentats arabes, appelait le sionisme par son nom et dénonçait la corruption de certains dirigeants palestiniens. Un tueur-professionnel lui a logé une balle dans la tête et a continué son chemin calmement, sans être inquiété.

La presse occidentale ne s’est pas émue de cette attente à la liberté d’expression, comme c’est le cas aujourd’hui après l’attentat dont a été victime Charlie Hebdo. Deux poids et deux mesure?

Dix mois plus tard, Scotland Yard a arrêté un certain Ismaïl Suwan, un étudiant palestinien impliqué dans l’organisation du meurtre. Interrogé, il a révélé qu’il avait été recruté par le Mossad et que ses supérieurs l’avait informé du projet d’assassinat.

Devant le refus d’Israël de s’expliquer sur ce crime, Margaret Thatcher – Premier ministre britannique – ordonna la fermeture de l’antenne du Mossad à Londres – Palace Green – et l’expulsion de deux « diplomates » israéliens. Bien que connue du MI5 – service de renseignement intérieur britannique – l’identité de l’assassin – un agent du Kidon, le service action du Mossad – n’a jamais été divulguée.

La presse occidentale n’a pas remué ciel et terre pour que le tueur et ses commanditaires soient appréhendés et jugés.

Le Mossad a poursuivi ses activités en Grande-Bretagne tranquillement, mais sans statut officiel.

Il a fallu attendre 1998 pour qu’Ephraïm Halevy, nouvellement nommé à la tête du Mossad, obtienne de Margareth Thatcher la réouverture du bureau du Mossad à Londres.

unnamed-2

 

Dans la présentation du « Livre de Handala « , le dessinateur- caricaturiste français Siné – licencié de Charlie Hebdo en juillet 2008 pour des propos dits antisémites » par Philippe Val, le directeur d’alors – a rappelé que le dessinateur a été tué « à cause des convictions qu’il exprimait à merveille à travers ses dessins et son petit personnage nommé Handala”

Handala, réfugié palestinien de 10 ans misérable, est présent sur tous les dessins de Naji al-Ali, le dos tourné au monde qui a trahi son peuple.

Article19.ma/Mondialisation.ca

1 COMMENTAIRE

  1. Les Israéliens brandissent à chaque fois le bouclier de l’antisémitisme et de la choa , hérités de la deuxième guerre mondiale, alors qu’ils oublient que les Arabes sont aussi des Sémites.
    Pensent-ils berner le monde avec leur comportement de victimes éternelles pour ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.