Le Maroc et l’Arabie saoudite sont parmi les 5 pays arabes qui pourraient bénéficier de « relations étroites » avec l’administration du nouveau président américain, Donald Trump, à la lumière de la décision d’interdire aux ressortissants de 7 Etats de la région l’entrée en territoire américain, a estimé le site d’information allemand Deutsche Welle (DW).

Parmi ces 5 pays, le DW cite l’Arabie Saoudite dont le nom a été évoqué à plusieurs reprises par Trump, lors de sa campagne électorale, dans des déclarations contradictoires. En ce sens qu’il avait affirmé qu’il obligera l’Arabie Saoudite et les autres pays du Golfe à payer les frais de la guerre contre le terrorisme et, une autre fois, il a déclaré que les saoudiens lui achètent des appartements, lui paient 40 ou 50 millions de dollars avant de clamer : « ne devrais-je pas les aimer ? je les aime très fort ».

Le site allemand a également évoqué les tensions qui ont marqué les relations entre les deux pays après l’implication de ressortissants saoudiens dans les attaques du 11 septembre 2001 et la mort de 3000 américains, s’étonnant que les saoudiens qui sont responsables d’attaques terroristes ne figurent pas sur la liste de ceux interdits d’entrée aux Etats Unis.

Citant le site américain « New York Daily News », DW relève que Trump a procédé à l’enregistrement de 8 sociétés en Arabie Saoudite juste après le début de sa campagne électorale en août 2015, des sociétés dans l’hôtellerie, le tourisme et le Golf qui portent le nom de sa marque comme l’hôtel THC Djeddah et DT Djeddah pour les services techniques.

Le deuxième pays arabe qui pourrait bénéficier d’une relation étroite avec l’administration Trump, selon DW, est l’Egypte auquel le nouveau président a promis, lors de son entretien téléphonique, la semaine écoulée, avec le président égyptien, de continuer d’apporter un soutien militaire alors que son prédécesseur Barak Obama l’avait suspendu un moment après la déposition du président Mohammed Moursi en juillet 2013. L’assistance militaire américaine à l’Egypte s’élève à quelques 1,3 milliard de dollars.

Selon DW, Trump a, comme en Arabie Saoudite, crée une société en Egypte qui n’a, à ce jour, aucune activité réelle et dont la seule mission est de veiller à la protection des marques Trump enregistrées dans ce pays. De même le nouveau président américain n’a pas listé les ressortissants égyptiens parmi les arabes interdits d’entrée aux Etats Unis malgré que les affaires étrangères américaines dans un de leurs rapports relèvent que des citoyens égyptiens avaient causé la mort de 162 américains lors d’attaques terroristes entre 1975 et 2015.

Les Emirats arabes unis est le troisième Etat qui pourrait avoir des relations étroites avec la nouvelle administration américaine eu égard aux affaires et projets de Trump, notamment, à Dubaï où il possède 2 terrains de Golf et tout un quartier en construction composé de villas luxueux.

Tout comme les égyptiens, les émiratis ne figurent pas sur la liste des interdits d’entrée aux Etats Unis alors que les rapports des affaires étrangères américaines soulignent que des ressortissants de ce pays sont responsables de la mort de 314 américains entre 1975 et 2015.

Le Maroc serait le 4ème pays arabe devant avoir des relations étroites avec les Etats Unis malgré que Trump ait déclaré que le Maroc constitue « un des pays d’où provient le terrorisme ».

La Jordanie pourrait, elle aussi, bénéficier de solides relations avec les Etats Unis de Trump, selon DW, car le roi Abdellah II a pris l’initiative de se rendre à la maison blanche juste après la prestation de serment de Trump et après sa visite en Russie où il a rencontré le président Poutine. Ce qui augure, ajoute DW, de la volonté de la Jordanie de garder des relations constantes avec Washington quelle que soit l’administration américaine en place.

 Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.