Le tribunal de première instance de Témara a condamné, ce mardi 31 janvier, le commissaire de police qui avait dégainé son arme de service dans une boîte de nuit à Harhoura, à un mois de prison ferme et une amende de 200 dirhams, a-t-on appris de sources judiciaires.

Le mis en cause, travaillant au sein du service des mineurs de la police judiciaire de Rabat, sera également déféré devant la commission de discipline, de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), qui pourrait le suspendre définitivement de ses fonctions ou dans le meilleur des cas, le transférer dans une région isolée du royaume.

Cette affaire remonte à décembre 2016. Lors d’une soirée bien arrosée en compagnie d’une femme, dans une boîte de nuit à Harhoura, le commissaire de police aurait refusé de régler sa note car il l’a trouvée trop « salée » à son goût.

Afin de pouvoir quitter les lieux sans payer un sous comme un cow-boy, l’officier de police a sorti son arme de service, menaçant ainsi le barman et les videurs du cabaret, qui ont préféré le laisser partir à cause de son état d’ivresse avancée.

La DGSN l’a ensuite suspendu, considérant son acte comme « grave et immoral, » avant de le présenter à la justice.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.