La France a mis mercredi un point final à 13 ans d’intervention militaire en Afghanistan aux côtés de ses alliés de l’Otan, avec le transfert de la responsabilité de l’aéroport international de Kaboul au contingent turc et la dissolution de ce qui restait de la force Pamir.

Lors de leur engagement en 2001, après les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, les forces internationales, dont les militaires français, avaient pour objectif de chasser les taliban de Kaboul, de détruire les camps d’entraînement d’Al Qaïda en Afghanistan et de reconstituer une armée afghane.

Depuis 2001, la France a envoyé plus de 70.000 soldats en Afghanistan. Le contingent français a atteint 4.000 militaires au plus fort des opérations. Cette intervention a coûté la vie à 89 d’entre eux et fait plus de 700 blessés dans leurs rangs.

L’un des épisodes les plus dramatiques a été l’embuscade tendue par des insurgés à une unité française le 18 août 2008 dans la vallée d’Uzbin, district de Surobi, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Kaboul. Dix militaires français avaient alors été tués et 21 autres blessés.

Une des cérémonies qui ont marqué la fin de l’opération a été consacrée au souvenir des morts de la force Pamir.

Les forces françaises ont participé à la sécurisation de Kaboul et des vallées de la Surobi et de la Kapisa, ainsi qu’à la formation des forces de sécurité Afghane.

Annoncé en juin 2011, leur désengagement a commencé à l’automne de la même année. A l’été 2012, le nouveau président français, François Hollande, a décidé d’accélérer le retrait des forces combattantes, effectif à la fin de cette année-là.

Article19.ma/Reuters

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.