Le réalisateur Chafik Shimi a chois le 11 janvier, l’anniversaire du Manifeste de l’Indépendance pour publier sur son compte Facebook une lettre adressée au roi Mohammed VI, et dans laquelle il explique « les raisons » qui l’ont poussé à demander le droit d’asile en l’Algérie.

Shimi justifie cette décision inattendue par ce qu’il considère le droit d’exercer l’art cinématographique « en toute liberté ».

« J’ai appris que le directeur de Votre pôle public… après qu’il ait manœuvré pour m’éloigner du Maroc, s’apprête à poursuivre le tournage de mon feuilleton ‘Chouk Assadra’ sans moi et sans respecter le contrat nous liant. »

En d’ajouter: « Il est déterminé ainsi à me priver de mes droits matériels et moraux « .

Il a entamé son exil en Algérie, dit-il, pour exercer son « droit à la création », et qu’il ne ménagera aucun effort pour empêcher la diffusion de ses œuvres par la télévision Al Oula.

Un différend, rappelle-t-on, oppose le PDG de la SNRT, Fayçal Laaraichi à Shimi depuis un certain temps autour de ce film, inspiré des Misérables de Victor Hugo.

Furieux, Shimi n’a pas hésité, sur sa page Facebook, à pousser sa colère et ses accusations jusqu’à la diffamation.

Fait insolite, plusieurs artistes algériens ont choisi de s’installer au Maroc, alors qu’à ce jour aucun homologue marocain n’a pensé à l’exil en Algérie.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.