EXTRÉMISME – Le salafiste Abou Naim brave l’interdiction de la vente de la Burqa

share on:

En colère, le cheikh salafiste controversé, Abdelhamid Abou Naim, a indiqué qu’il outrepassera la décision d’interdiction de l’importation, de la fabrication et de la vente de la burqa en procédant, notamment, à la distribution gratuite de cet habit.

Dans un enregistrement qu’il a posté sur son compte Facebook, le salafiste a affirmé qu’il est prêt à vendre dans sa maison la burqa pour couvrir les musulmanes et qu’il ne prêtera aucune attention aux « hérétiques » défiant les autorités et affirmant qu’il n’accorde de respect dans ce pays qu’au « sultan ».

« Seul le sultan dispose d’une immunité et à lui seul on doit obéissance et respect, selon la chariia. Les autres sont des traitres et des criminels qui ont corrompu le pays et les croyants ; qu’ils soient maudits par Dieu, son prophète et l’ensemble des gens », a ajouté le salafiste dont la barbe est teinte de Henné, qualifiant les responsables de « ministres de la menthe, du panini et du chocolat ».

Et de souligner : « nous ne sommes pas des kharijites et des fouteurs de troubles, mais l’oppression a dépassé les limites ».

Se disant prêt à toute éventualité, il a repris à son compte la célèbre formule de l’Imam Ibn Taymiyah : « Mon jardin et mon paradis sont dans mon cœur ; où que j’aille, ils sont avec moi. A dire vrai, mon emprisonnement est une retraite spirituelle, mon exécution est un martyre et mon exil est un voyage de découverte…faites ce que bon vous semble ! »

Abou Naim, un ancien enseignant, a débuté son poste par un discours sur le hijab dans la chaiia au sujet duquel les érudits ont, selon lui, divergé mais sans en remettre en cause le port, en ce sens qu’il permet de « préserver la pudeur ».

Il s’est en outre demandé « qui est cet hérétique qui a déclaré la guerre à la puissance divine ? Celui-ci a déçu, a perdu et s’est exposé à la colère de Dieu. Et qui est celui qui cherche à interdire le voile dans le pays, et l’hérétique qui veut la nudité et la dépravation (…) et et le criminel qui se bat contre Dieu et son messager, et le franc-maçon qui voudrait déshabiller les femmes … ? « .

« Il ne peut y avoir d’obéissance à quelqu’un qui désobéi au Créateur », s’est-il encore écrié appelant à ne pas obéir aux instructions des « hérétiques » et au non-respect de la décision du ministère de l’intérieur d’interdire l’importation, la fabrication et la vente de la burqa.

Article19.ma

share on:

Leave a Response