Bientôt des crédits halal et des comptes conformes à la charia au Maroc : la Banque centrale marocaine et le ministère des Finances ont autorisé la création de cinq banques islamiques, dites « participatives ». C’est une première.

Au Maroc dont le souverain est aussi le Commandeur des croyants, la finance islamique aura mis plus de 10 ans après la Grande-Bretagne, plus de 5 ans après la France ou encore près de 2 ans après la Côte d’Ivoire, avant de s’y déployer, selon RFI.

Le terme « finance islamique » recouvre l’ensemble des transactions et produits financiers conformes aux principes de la charia, qui supposent l’interdiction de l’intérêt, de la spéculation ainsi que l’interdiction d’investir dans des secteurs considérés comme illicites : l’alcool, le tabac, les paris sportifs notamment. La finance islamique prône aussi le respect du principe de partage des pertes et des profits.

Le Maroc va donc s’ouvrir à ce système bancaire avant la fin de cette année, un grand saut, avec l’autorisation de créer cinq banques dites « participatives » et la possibilité donnée à trois autres établissements conventionnels à « offrir à leur clientèle des produits bancaires participatifs », selon un communiqué de la Banque centrale.

Les principaux groupes bancaires marocains ont déjà déposé des demandes d’agrément pour lancer des filiales « participatives », en s’associant souvent avec des banques islamiques des pays du Golfe, où elles sont les plus développées.

Selon l’agence américaine de notation Standard & Poor’s, la finance islamique pourrait représenter entre 10 et 20% du système bancaire du Maroc, ajoute RFI.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.