Loubna Abidar, “La dangereuse” comme l’avait décrite la presse en France, revient à la charge pour dénoncer « les mauvaises langues » au Maroc et défendre son statut d’artiste. « Je ne suis pas une prostituée…je suis actrice », affirme-t-elle sur le plateau de France 24 en langue arabe.

Invitée de l’émission “Hia Al Hadath” diffusée vendredi soir sur la chaîne parisienne, Loubna Abidar a souligné qu’elle n’a pas demandé l’asile en France, malgré y avoir résidé pendant 2 ans. “Je suis marocaine, j’aime le Maroc… et un jour, je reviendrai vivre dans mon pays”, a-t-elle déclaré. L’actrice a même assuré que les scènes controversées, du film “Much loved” (Zine Li Fik) de Nabil Ayouch, ne sont que « des scènes osées », refusant d’y lier le terme “pornographie”.

Selon ses propos, l’actrice n’a jamais regretté son rôle dans ce film « controversé » malgré les menaces et les attaques qu’elle a subi après la sortie du long-métrage dans les salles de cinéma.

En revanche, cet acharnement a renforcé « sa volonté » de faire des études de cinéma et réaliser des oeuvres qui défendront la condition féminine au Maroc et ailleurs, dit-elle.

La vedette du film interdit de diffusion au Maroc, a ajouté que pendant 2 ans, elle a été qualifiée de “prostituée”, et cela est dû au rôle de « prostituée » qu’elle a parfaitement interprété. “Je ne suis qu’une actrice… », a-t-elle rappelé.

Quand aux prix et distinctions qu’elle a reçu dans plusieurs pays, l’actrice souligné avec fierté qu’ils lui ont rendu l’estime et la reconnaissance que lui a refusé son pays. 

Pour rappel, Loubna Abidar a reçu le prix de la meilleure actrice francophone de 2016 au festival du film francophone au Liban, pour son rôle dans “Much Loved” et avant cet événement un autre à Angoulême.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.