Les voyageurs pourraient bientôt être accueillis dans les aéroports par des robots détecteurs de mensonges avant de franchir la frontière.

Le système, connu sous le nom d’agent virtuel automatisé pour l’évaluation de la vérité en temps réel, est actuellement testé par l’Agence canadienne des services frontaliers dans l’espoir de le voir bientôt assister les agents à repérer les criminels et même les terroristes potentiels.

Le robot utilise un logiciel de détection oculaire ainsi qu’un ensemble de capteurs pour détecter les signes physiologiques qui indiquent qu’une personne ment et qui, une fois suspecte, elle sera soumise à une inspection plus poussée.

Ce détecteur a été révélé pour la première fois en 2012 par des chercheurs de l’Université de l’Arizona.

Depuis lors, le système a été perfectionné, avec l’ajout de capteurs supplémentaires pour augmenter sa capacité à analyser plus de données.

Selon ses développeurs, le robot est « poli et bilingue » et contrairement à un humain, il ne prend jamais de pause-repos.

Cependant, il ressemble plus à un kiosque d’enregistrement dans les aéroports ou à un distributeur automatique de produits de consommation, a indiqué Aaron Elkins, professeur de systèmes d’information de gestion à l’Université d’Etat de San Diego, qui a commencé à travailler sur l’appareil comme étudiant en doctorat à l’Université de l’Arizona.

« Cependant, ce kiosque a un visage sur l’écran qui pose des questions aux voyageurs et peut détecter des changements dans la physiologie et le comportement au cours de l’entrevue », a-t-il ajouté.

« Le système peut détecter les changements dans les yeux, la voix, les gestes et la posture pour déterminer le risque potentiel. Il peut même dire quand vous courbez vos orteils », a-t-il encore assuré.

L’Avatar utilise également un logiciel de détection oculaire et des capteurs de mouvement et de pression pour suivre les signes de mensonge ou d’inconfort.

Pour séparer les menteurs de ceux qui sont juste nerveux au sujet du vol, il va également poser un certain nombre de questions inoffensives.
Selon les chercheurs, les applications possibles de ce robot sont étendues.

« Nous sommes conscients que cela peut être utilisé non seulement pour la sécurité des frontières, mais aussi pour l’application de la loi, les entretiens d’embauche et d’autres applications des ressources humaines », a affirmé Elkins au Daily Mail.

« Nous continuons à apporter des améliorations, telles que l’analyse des données recueillies en utilisant les techniques d’analyse Big Data qui feront de l’Avatar un outil potentiellement précieux dans de nombreuses industries », ajouta-t-il.

Pour le moment, il a été testé dans les laboratoires, dans les aéroports et aux postes frontaliers, a déclaré Elkins, relevant que le système est tout à fait prêt à être mis en œuvre pour freiner les flux de contrebande, lutter contre les criminels en fuite et détecter les terroristes potentiels et bien d’autres tâches de sécurisation des frontières internationales.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.