Le dictionnaire du dialecte marocain « la Darija » fait couler beaucoup d’encre. Elaboré par Nourredine Ayouch, cet ouvrage “n’est pas un dictionnaire du dialecte marocain mais celui de boites de nuit et des maisons closes”, selon le président de la Coalition nationale pour la langue arabe au Maroc, Fouad Bouali.

Pour Bouali, ce dictionnaire n’est pas le bienvenu. “La campagne de signatures pour l’expulsion de Noureddine Ayouch du conseil supérieur de l’enseignement, soutenue par plusieurs militants” témoigne de la position de ces derniers par rapport à ce dictionnaire, explique Bouali.

Le dialecte marocain ne peut pas être enseigné dans les écoles comme le réclame Ayouch, selon la même source.

“Aucun changement de fonction ne peut avoir lieu, car cela mènera à un suicide de la langue et à un suicide identitaire” souligne Bouali. “Toute discussion qui va dans ce sens est politique et non scientifique et ne respecte pas les dispositions de la constitution” ajoute Bouali.

Le but de ces manoeuvres seraient avant tout de mettre en avant la langue française et non le dialecte marocain, d’après le président de la Coalition, rapporte le site d’information Hespress.

Ayouch prévoit d’élaborer un nouveau dictionnaire du dialecte marocain tous les deux ans afin d’assurer la vivacité et la continuité de la langue, rappelle-t-il.

“Nous ne sommes pas contre l’arabe classique. Au contraire, nous l’encourageons aux côtés de la langue amazigh, sauf que le dialecte marocain doit être enseigné” prétend Ayouch, lui qui ignore tout de la culture Arabe et de son histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.