Le gouvernement américain a discrètement introduit une nouvelle mesure consistant à demander aux visiteurs étrangers choisis de fournir leurs comptes Facebook, Twitter et autres médias sociaux à leur arrivée dans le pays, une mesure pour repérer les menaces terroristes potentielles laquelle a suscité l’opposition, pendant des mois, des géants des technologies de l’information aussi bien que des défenseurs de la protection de la vie privée.

Depuis mardi, les voyageurs étrangers arrivant aux Etats-Unis, dispensés de visas, ont été invités à titre « facultatif » à « saisir des informations associées » à leur présence en ligne, a confirmé, jeudi, un responsable gouvernemental, selon le site d’information Politico.com.

L’invite comprend un menu déroulant qui répertorie les plates-formes, y compris Facebook, Google+, Instagram, LinkedIn et YouTube, ainsi qu’un espace utilisateurs pour entrer leurs noms de compte sur ces sites.

image2.JPG

Nouvelle politique …

La nouvelle mesure intervient alors que Washington essaie d’améliorer sa capacité de repérer et de refuser l’entrée à des individus qui ont des liens avec des groupes terroristes comme l’État islamique. Cependant, le gouvernement américain a été confronté à un déluge de critiques depuis qu’il a annoncé l’idée l’été dernier.

L’association Internet, qui représente des entreprises telles que Facebook, Google et Twitter, s’est jointe aux défenseurs des consommateurs pour dénoncer la menace que la mesure présente pour la libre expression, la vie privée et la sécurité des étrangers.

Maintenant que la mesure a été lancée, ses adversaires n’en décolèrent pas contre l’administration Obama qui a « ignoré leurs préoccupations ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.