Le mariage des jeunes filles mineures est devenu un véritable « business » florissant au sein de plusieurs tribunaux de la famille au Maroc, s’indigne Fatima Aguedoum, juge et présidente de chambre à la Cour d’appel de Casablanca.

Lors d’une récente conférence organisée par l’association “Droits et justice” sur le thème : « Le phénomène du mariage des mineures, problèmes et solutions, » la juge a affirmé que le mariage des jeunes filles en-dessous de l’âge légal, est vraiment devenu « très fréquent » dans les tribunaux marocains, rapporte le quotidien Assabah.

L’âge légal pour marier les filles au Maroc a été fixé par le législateur à 18 ans.

La juge affirmé « de nombreux juges » acceptent les caprices des familles qui veulent éviter la “Chouha” (scandale) et marier leurs filles à leurs violeurs, malgré les efforts déployés par les autorités marocaines pour éradiquer cette pratique qui va à l’encontre des droits des enfants. Ce service rendu aux familles serait « monnayé » discrètement, ajoute-t-elle.

Mme Aguedoum accuse ouvertement certains de ses collègues de « corruption » car ils ont contribué à des « crimes » contre ces jeunes filles.

La juge a lancé un appel à l’annulation de l’article 20 du Code de la Famille, qui facilite le mariage des jeunes même sans leur consentement.

Au Maroc, 16 % des femmes âgées entre 20-24 ans ont été mariées avant l’âge de 18 ans, et 3 % avant 15 ans, des chiffres au-dessus de la moyenne mondiale qui est de 10 %.

Le ministère de la Justice a enregistré plus de 35 000 mariages de mineurs en 2013, soit 11 % de la totalité des mariages contractés au Maroc, affirme-t-on.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.