L’Institut royal marocain des études stratégiques (IRES) a mis en garde, dans son rapport 2017 sur les enjeux planétaires de la biosphère, sur l’impact des déchets solides dans la région méditerranéenne, où ils pourraient atteindre 396 millions tonnes, à l’horizon 2025, contre 174 millions de tonnes en 2000.

L’utilisation de 16 tonnes de ressources naturelles par habitant dans le monde en 2050, contre seulement 9,2 tonnes en 2009, génèrera 900 millions de tonnes de déchets solides à la même échéance, contre 500 millions de tonnes en 2013, ajoute l’institut.

La même tendance haussière est valable pour le bassin méditerranéen, indique le document de l’IRES, précisant qu’au Maroc, l’accumulation des déchets notamment dans la région méditerranéenne, est accentuée par la rareté des ressources hydriques, la dégradation des sols et le recul de la biodiversité.

«Les coûts économiques de la dégradation de l’environnement au Maroc, liés à la faible performance, en matière de gestion des déchets solides, représentent près de 0,5% du produit intérieur brut», rappelle le rapport qui cite la Banque Mondiale. En 2020, ajoute le rapport, le volume des déchets pourrait atteindre 12 millions de tonnes, soit presque le double par rapport à 2014.

Malgré les efforts déployés par le Maroc, relève l’IRES, «le recyclage des déchets demeure jusqu’à présent limité, n’excédant pas 10%, au niveau national», précisant que les quantités globales des déchets recyclables au Maroc, sont estimées à environ 850.000 tonnes chaque année.

L’IRES suggère par ailleurs, que «le Maroc gagnerait à renforcer les capacités nationales en matière de traitement et de recyclage des déchets et à ériger cette filière en pôle dans le cadre du développement de l’économie circulaire».

Dans un contexte de mondialisation, le Maroc a choisi de créer l’Institut Royal des Études Stratégiques (IRES) en novembre 2007.

L’IRES a pour vocation de contribuer à la prise de décision stratégique. Sa mission est de mener des études et des analyses stratégiques sur les questions dont il est saisi par le roi Mohammed VI et d’assurer une fonction de veille, au niveau national et international, sur des domaines jugés stratégiques pour le pays. Il analyse les questions nationales à caractère structurel, examine les relations extérieures du Maroc.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.