Dans sa 3e sortie médiatique en quelques semaines, Ilyas El Omari, le leader du PAM, considère comme « normal » la polémique en cours sur « la décision » du Conseil Supérieur de l’Éducation concernant la contribution des familles au financement de l’enseignement public.

Et il ne fallait pas être surpris par les manifestations dans les milieux syndicaux et éducatifs, puisque le sujet est « très sensible et touche de manière inégale tous les marocains, » ajoute-t-il dans une lettre ouverte.

Selon El Omari, « les réactions », suite à cet avis soutenu par le Cabinet Benkirane, « traduisent non seulement le pressentiment du danger qui menace la prétendu gratuité de l’enseignement dans notre système éducatif national, mais aussi le sentiment de discrimination sociale qui subsiste au Maroc depuis le protectorat (1912-1956) ».

Ce projet précipité et conçu sans intégration du reste des institutions selon El Omari, « constitue un nouvel élément de provocation dans la situation politique actuelle exceptionnelle, marquée par un vide institutionnel dû aux confusions dans la formation du gouvernement, l’inertie de l’institution législative, et le blocage du dialogue social ».

+Servir un statut élitiste…+

El Omari reproche aux politiques au pouvoir « de vouloir instaurer » des stratégies éducatives et pédagogiques qui « servent leur statut élitiste. » Ce genre de système, affirme-t-il,  » a vu le jour avec le colonialisme…a grandi avec le mouvement national et s’est renforcé avec les séries de réformes post indépendance ».

« L’enseignement gratuit de nos jours n’est rien d’autre qu’une simple illusion commercialisée aux classes pauvres de notre société, » poursuit El Omari, qui s’interroge en ces termes: « Est-ce qu’on peut parler de gratuité avec des classes et des enseignants seulement… sans prendre en compte le coût des ménages qui envoient leurs enfants à l’école? »

Le débat sur la gratuité de l’enseignement doit avoir lieu dans le cadre « d’un débat académique, politique et social global, qui mettrait l’importance d’une réforme efficace de l’enseignement au même niveau que l’intérêt de défendre l’intégrité et la sécurité nationales, » conclut Ilyas El Omari.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.