Les équipes de Google quittent la Russie. Ce mouvement est une réponse à une nouvelle législation russe sur le stockage de données. La cinquantaine d’employés de la société pourrait rejoindre un autre bureau dans un autre pays.

Selon cette nouvelle loi, les sociétés du web devront héberger les données liées aux citoyens russes sur des serveurs situés en Russie.

Fin septembre, Facebook, Google et Twitter avaient été rappelés à l’ordre sur ce point par les autorités. Selon le site The Information, qui révèle l’affaire, Adobe aurait fait ses valises le même mois pour les mêmes motifs.

Adobe aussi a déménagé de Russie

C’est tout le débat sur la souveraineté des données qui est ramené au premier plan par cette affaire. D’un côté, les autorités russes font prévaloir le risque de fuite d’informations personnelles sur des sols étrangers pour mettre en place ce type de législation.

Mais d’un autre côté, la conservation des données russes sur le sol russe assure la mainmise des autorités sur ces informations en cas de troubles politiques et sociaux. Moscou s’est également attaqué récemment aux infrastructures de Wi-Fi public. L’état ; protecteur ou pourfendeur des droits des utilisateurs et des citoyens ? La question est posée.

D’un point de vue économique, l’exploitation du marché russe par les géants de l’informatique est aussi une question épineuse. En juillet dernier, les autorités de Moscou demandaient à Apple et SAP de donner leur code source. Pas de quoi rassurer ces acteurs sur la pérennité de leurs investissements en terre russe.

Article19.ma/zdnet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.