Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch a indiqué que les personnes qu’il proposera à des postes ministériels en cas de participation de son parti au gouvernement devront être prêtes à travailler les weekends et à se déplacer dans les provinces et les régions pour y rencontrer les citoyens.

M. Akhannouch, qui s’exprimait, dimanche à Tanger, lors d’une réunion des membres du Conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, a ajouté que le RNI devra accorder une grande importance aux 1,5 millions d’abstentionnistes lors des dernières élections législatives et résoudre cette problématique.

« Je ne dis pas que nous emporterons les prochaines élections, mais que nous recueillerons ce que nous mériterons. Nous récolterons ce que nous sèmerons avec les citoyens. Je voudrais de vous le sérieux et le dévouement au travail », a-t-il souligné relevant que le RNI n’a d’autres ennemis que la pauvreté, la précarité et le chômage, selon le site arabophone Hespress.

S’adressant, par ailleurs, aux élus RNIstes de cette partie nord du royaume, le président des indépendants a fait savoir que « c’est la région qui nous dit ce que vous devez être. Nous vous aiderons et partagerons avec vous nos moyens. C’est le projet pour lequel j’ai fait ce déplacement ».

« Lorsque nous aurons écouté toutes les régions, nous saurons le point commun et mettrons sur pied une nouvelle organisation, puis nous essayerons de concrétiser cela sur le terrain avant le 15 janvier pour que le congrès national se tienne fin avril prochain pour le renouvellement de la place du parti et de ses hommes tout en souhaitant la bienvenue à tous ceux qui voudraient rejoindre le parti ou le réintégrer pour ceux qui l’avaient quitté », a poursuivi M. Akhannouch.

De son côté, Rachid Alami, a rappelé que l’assemblée régionale du parti ne s’est pas réunie depuis 4 ans alors que les unions locales n’existent plus, s’interrogeant : « comment voulez-vous obtenir des résultats positifs lors des élections ? »
« Nous ne nous écoutons pas les uns les autres puis nous parlons de démocratie, nous n’acceptons pas les critiques et nous ne nous réunissons que de manière occasionnelle », a-t-il déploré.

M. Alami a ajouté que la société marocaine a connu des mutations que le RNI n’a pas pu assimiler, soutenant que si le parti continuera ainsi il finira par disparaître.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.