Un journal casablancais vient d’annoncer une information « alarmante  » sur le phénomène de « la dyslexie » dans l’école publique marocaine. Personne n’en parle ou presque comme si c’était une maladie honteuse ou plutôt une conspiration du silence.

Qu’en est-il en fait? 

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dyslexie est un trouble spécifique de la lecture. Il s’agit également d’un trouble persistant de l’acquisition du langage écrit caractérisé par de grandes difficultés dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maîtrise de l’écrit (lecture, écriture, orthographe…).

Dans une brève ce samedi, L’Economiste, affirme que les cas d’enfants dyslexiques sont « nombreux » dans les écoles au Maroc. Par ailleurs, il n’existe pas d’enquête ministérielle sur le sujet, mais des études d’ONG, notamment à Casablanca, révèlent des « niveaux alarmants ».

Dans certains établissements, la part des élèves atteints de troubles de l’apprentissage va jusqu’à 12%. Généralement non diagnostiqués, ils finissent par quitter l’école, souligne la même source.

Et même « détectés », ils ne bénéficient d’aucune prise en charge, L’Economiste. 

Une association active dans le domaine à Casablanca vient d’examiner des enfants ayant abandonné les bancs de l’école. « Sur un effectif de 24, quelques 20 sont des dyslexiques profonds, » ajoute L’Economiste.

image3.JPG

Et que fait Monsieur Benkirane avec ses ministres d’hier et de demain, 2 fois plus nombreux que chez Obama?

Notre chef de gouvernement a passer cinq longues années à « chasser » des épouvantails et des mirages au lieu de s’occuper de choses urgentes comme l’enseignement et le chômage des jeunes. 

Parions sur l’avenir mais soyons vigilants car l’Histoire risque de se répéter avec le leader de la Lampe qui n’éclaire que sa Zouiya?

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.