Des organisations marocaines et étrangères de la société civile ont organisé, dimanche à Marrakech, un sit-in contre « le capitalisme sauvage », sous le signe : « Pas de justice climatique sans justice sociale ».

Lors de cette manif, les participants ont appelé à des alternatives en vue de « préserver la nature de l’exploitation capitaliste », dénonçant, en outre, les gros budgets consacrés à l’armement qui menace aussi bien la nature que les humains.

Selon Idriss Adda du réseau national démocratique de suivi de la COP22, cette marche vise à démontrer le lien qui existe entre l’environnement et la justice sociale, relevant, dans une déclaration à Hespress, que « les premières victimes du réchauffement climatique sont les couches les plus démunies ».

Il a ajouté que « la justice climatique n’a pas été réalisée pour deux raisons : premièrement le coupable n’a pas encore été reconnu, puis secundo le juge n’est pas neutre « .

Pour lui, « le coupable du réchauffement climatique n’est autre que le capitalisme qui conduit la planète terre à la catastrophe, quant au juge ce sont les peuples » .

En ce sens, il a fait savoir que le capitalisme dispose au niveau international du pouvoir de décision à travers les Nations Unies, le FMI et d’autres institutions financières, soulignant que le problème du réchauffement climatique n’est pas une question technique comme le font croire les médias dominés par le capitalisme sauvage ce qui explique, selon lui, que toutes les conférences sur le climat n’ont jusqu’ici présenté que de pseudos solutions comme l’économie verte, l’éco-tourisme, l’automobile non polluante…

Les peuples, a poursuivi M. Adda, attendent de « véritables solutions pour faire face aux menaces à notre planète, des solutions qui tiennent compte des besoins des hommes et de la rareté des ressources naturelles », relevant que l’activité agricole des petits paysans, par exemple, nourrit 70 pc de la population mondiale avec seulement 30 pc des ressources énergétiques requises.

« Une réforme agraire qui permettra aux petits paysans de disposer de terrains dans tous les pays du monde nous fera économiser une grande partie de l’énergie qui produit le gaz carbone », a-t-il souligné, appelant également à la lutte contre le gaspillage et « les dépenses inutiles comme celles concernant l’industrie militaire qui ruinent les peuples ».

Pour lui, les véritables solutions au problème du réchauffement climatique n’émaneront pas de conférences comme la COP22 qui n’associent pas véritablement la société civile, l’alternative ne pouvant venir que des « sommets des peuples ».

Article19.ma 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.