Le Wali de la région Souss Massa, Zineb Adaoui, a brossé un tableau noir de la situation de l’enseignement dans sa région, blâmant les responsables du secteur dont le directeur de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation.

Lors d’une réunion organisée, mercredi à Agadir, par le Conseil provincial de de cette préfecture sur la question du développement local, Mme Adaoui a mis en garde les responsables de l’enseignement dans la région contre la négligence et l’inaction, affirmant : « faites attention, je vous le dis dès maintenant ».
« Où est passé l’argent », a-t-elle martelé en illusion au budget alloué à l’académie avant de souligner que « l’argent de l’Académie doit se voir au niveau (des installations de) nos écoles ou bien je ferai mon travail ».

Elle a également indiqué qu’elle entreprendra des actions pour contrôler l’activité des responsables de l’enseignement, ajoutant qu’à l’issue d’une réunion avec les directeurs des écoles publiques et privées, elle a décidé de mobiliser les administrations territoriales pour mener cette tâche.

Et de préciser qu’elle a chargé des commissions présidées par des Pachas de visiter les établissements scolaires et de dresser les manques constatés dans chacune des écoles.

« Je ne peux tolérer l’inaction et le manquement à ses responsabilités, car c’est trop », a poursuivi le wali, relevant qu’un travail « sérieux doit être accompli ».

La colère de Mme Adaoui fait suite à une visite qu’elle a effectuée dans plusieurs établissements, y compris universitaires, et au cours de laquelle elle s’est enquise de la situation déplorable de ces établissements.

Mme le Wali a également déploré que des enseignants obligent les élèves et les étudiants à payer 25 dh pour obtenir des photocopies des cours.

Pour ce qui est des installations dans les écoles, elle s’est indignée de l’état de leur délabrement, comparant les établissements qu’elle a visités à des « écuries pour animaux ».

« Il m’a dit je suis le directeur (de l’académie), je lui ai répondu vous êtes le directeur ? Ça se voit », a-t-elle fait savoir en évoquant sa rencontre avec le premier responsable de l’académie régionale, selon le site arabophone Hespress.

« Je lui ai demandé combien de temps il était responsable de l’académie dans cette région. Il m’a répondu 11 ans. Je lui ai rétorqué que s’il avait mené une seule action par mois les choses se seraient améliorées. Tout ceci est à Agadir, ne parlons pas des zones rurales ? », a indiqué Mme Adaoui.

Elle a ajouté que les élèves marocains ont commencé à faire des comparaisons avec les écoles à l’étranger et ce grâce aux réseaux sociaux.
En conclusion, Mme le Wali a appelé les responsables de l’enseignement à « laisser transparaitre » le budget alloué au secteur à travers la marche des écoles.

Article19.ma

3 Commentaires

  1. Madame el Lwali n’a vu que la partie apparente de l’iceberg de l’arnaque et de l’irresponsabilité.

    S’elle profonde les enquêtes, elle va trouver d’incroyables surprises: je cite par exemple le trafic d’admission aux diplômes, l’attitude irresponsable de certains professeurs universitaire qui sont devenus des Entrepreneurs et abuzeur de leurs élèves qui ne veulent que sauter la classe même s’ils doivent offrir Leur dignité!

    Cette article m’a surgit de mauvaises souvenirs de l’université. J’espère qu’avec Madame Al Wali la situation va changer pour le mieux et le meilleur.

  2. Que dire des professeurs qui OBLIGENT ‘leur’ étudiants à acheter leur livres qui coûtent 350 dhs et 50 dhs .. SINON > RATTRAPAGE direct !! Faites un tours à l ENCG Mme le Wali .. ^^’

  3. le royaume chérifien (mdr) qui s’effondre devant la médiocrité de son roi……comme l’a si bient dit le titre d’un livre sorti il y a quelques années: LE DERNIER ROI…… vous verrez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.