Le ministre de l’agriculture et de la prêche maritime, Aziz Akhannouch, était-il « au courant » de l’existence d’un « marché noir » de poisson au port d’Al Hoceima?

En réponse à une question écrite du PJDiste membre de la Chambre des conseillers, Nabil Al Andaloussi, à ce sujet, en date du 31 aout dernier, selon le site arabophone Al-3omk, le ministre Akhannouch a indiqué que « les pouvoirs publics déploient de grands efforts pour contrôler » l’activité dans le port d’Al Hoceima.

L’office national des pêches « œuvre à l’amélioration des conditions de commercialisation des poissons déchargés par les flottilles de pêches côtière et artisanale et tout le monde veille à ce que le poisson soit vendu dans les halls aux poissons dans tous les ports en vue de garantir sa qualité et pour qu’il parvienne au consommateur dans les meilleures conditions », a, en outre, souligné M. Akhannouch dans sa réponse.

Il a également indiqué que les prix des produits de la pêche maritime dans les halls aux poissons « obéissent à la loi de l’offre et de la demande par le biais de la vente aux enchères qui est ouverte à tous les commerçants grossistes de poissons ».

M. Akhannouch fait savoir que son département veille à l’organisation de l’opération de commercialisation des produits de la mer aux niveaux des halls aux poissons à l’intérieur des ports, des points de déchargement équipés et du réseau des marchés de vente au gros qui existent dans certaines villes intérieures.

Quant aux prix des ventes au détail, il a fait savoir que plusieurs facteurs entrent dans leur détermination dont le coût du transport des ports aux marchés de commercialisation, le nombre des intermédiaires et leurs marges de bénéfice en plus du coût de la distribution et de la chaine de froid.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.