Depuis la publication de sa chronique, mercredi dernier,  concernant les hadiths rapportés par Muslim et al-Boukhari, le journaliste Abdelkrim El Qamch ne cesse de recevoir des menaces de mort.

Par téléphone, par le biais de vidéos publiées sur Youtube, ou même sur des réseaux sociaux, tous les moyens sont bons pour menacer El Qamch selon des salafistes. Ces derniers ont même mené une campagne contre El Qamch pour avoir “insulter le prophète”, affirment -t-ils. Sujet d’une réelle campagne d’incitation à la haine, la vie du chroniqueur est à présent en danger.

En surcroît des vidéos de salafistes invitant leurs compatriotes à tuer El Qamch suite à la publication de sa chronique sur le quotidien marocain « Akhir Saa », un sit-in organisé par la coordination locale de la Commission pour la défense des détenus salafistes, a été tenu vendredi dernier à Fès. Insultes, accusations et menaces ont été adressées au journaliste en question, durant cette protestation dont la vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux le jour même. Une situation qui a suscité l’indignation des militants des droits humains marocains.

La position de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (AMDH) est claire: Les auteurs de ces menaces doivent être poursuivis en justice, conformément à l’article 23 de la constitution de 2011.  Les militants de l’AMDH considèrent que les propos tenus par ces salafites frappent au coeur de la déclaration universelle des droits de l’Homme reconnue et signée par le royaume, ainsi que le plan d’action de Rabat sur l’interdiction de l’appel à la haine nationale, raciale ou religieuse adopté en octobre 2012.

C’est dans ce sens, que l’AMDH a exprimé son soutien total au journaliste Abdelkrim El Qamch et le militant Ahmed Assid, qui sont jusqu’à présent ciblés par ces campagnes d’appel à la violence menées contre eux.

L’association en question appelle les autorités concernées d’ouvrir une enquête sur ces campagnes de “Takfir”, qui ne contribuent qu’au développement du fanatisme et de l’intolérance au pays d’un côté, et à la régression des droits de l’homme dont la liberté d’expression d’un autre, confirme l’AMDH.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.