Aussi riche en couleur que la soirée précédente, le tapis rouge du palais des Congrès de Marrakech a accueilli, samedi 6 décembre 2014, une panoplie d’artistes que le public Marrakchi a été ravi de voir défiler.

La deuxième montée des marches s’est notamment distinguée par une longue ovation pour l’icône marocaine du rire, Amina Rachid (‘ A la recherche du mari de ma femme’  de Mohamed Abderrahman Tazi ), l’acteur égyptien Karim Abdel-Aziz ( ‘ Fasel Wa Na’od (2011)’ de Ahmed Nader Galal et pour l’acteur producteur de Bollywood Abhishek Bachchan (‘Happy New Year’, Un film de Farah Khan, présenté dans la catégorie Hors compétition lors de cette édition du FIFM ). Un salut et une reconnaissance digne des grands festivaliers.

f

L’acteur marocain Hicham Bahloul, l’ambassadeur de France au Maroc Charles Fries ainsi que le chanteur marocain de Chaâbi Daoudi et le président du directoire de Maroc Telecom Abdslam Ahizoun, étaient aussi de la partie.

Tribute to Jeremy Irons
Untitled-1

Celui que le producteur et réalisateur Orson Welles a définit comme « un acteur « Royal », un acteur dont la voix, la stature, la présence et la classe sont ceux d’un monarque  » est honoré lors de cette édition du Festival International du Film de Marrakech . Jeremy Irons s’est fait un nom grâce à ses rôles provocatifs de personnages froids et inquiétants tels que ‘ Faux semblant (1988) de David Cronenbergou encore dans Kingdom of Heaven de Ridley Scott jouant le rôle de Tibérias.

Cette dernière prestation lui a valut d’obtenir le Tony Award du meilleur comédien. Dans son palmarès, les prix ne manquent guère : Jeremy Irons a reçu sa première nomination au BAFTA du meilleur acteur pour son interprétation dans ‘ La Maîtresse du lieutenant français (1982)’  de Karel Reisz. Il compte aussi à son actif l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans ‘ Le Mystère von Bulow (1990), le drame psychologique de Barbet Shroeder, entre autres.
 
C’est à la salle des ministres du Palais des Congrès que l’hommage qui a été rendu à l’acteur britannique, a eu lieu.
S’en est alors suivi, au même endroit, la diffusion du film biographique américano-britannique  ‘The imitation Game’ (2014) de Morten Tyldum.
 
Hanine Soukaina,  © Copyright Jawad Elajnad / Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.