Après l’affaire de la jeune Mahjouba Mohamed Hamdidaf, qui a déclenché une grande mobilisation internationale un autre cas vient d’éclater dans les camps de la honte à Tindouf, sur le territoire algérien, éclaboussant la junte de Rabouni et mettant à nu les allégations des associations qui prétendent défendre les droits de l’homme, surtout en Espagne.

Il s’agit de la jeune Darya Embarek Selma, âgée à peine de 25 ans, et retenue contre son grès depuis près d’une année par sa famille biologique qui lui interdit, avec la complicité de la direction du « polisario », de revenir à l’île canarienne de Tenerife, où elle vivait avec ses parents adoptifs et suivait ses études universitaires.

 

En dépit des tentatives du soi-disant représentant des séparatistes dans l’archipel canarien, le dénommé Hamdi Mansour, d’occulter cette affaire de peur de déclencher une mobilisation à l’instar de celle qu’avait suscitée l’affaire de la jeune Mahjouba, certains milieux politiques dans l’archipel ont commencé à bouger et à soulever ce cas, qui reflète au monde la situation dramatique que vit la population dans les camps de Tindouf, dans le sud de l’Algérie.

Article19.ma/MAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.