La villa d’un Saoudien, construite sur un terrain du domaine forestier, a provoqué une véritable crise entre Abdeladim El Hafi, le Haut-commissaire aux Eaux et forêts, et Mohammed Hassad, le ministre de l’Intérieur.

Les responsables du Haut commissariat aux Eaux et forêts avaient pourtant, à plusieurs reprises, mis en garde ce « propriétaire » saoudien dont la villa de Sidi Abed s’élève sur un terrain appartenant au domaine forestier, rapporte le quotidien Al Massae dans son édition du mardi 6 septembre. Mais ledit « propriétaire » a ignoré ces mises en garde et poursuivi ses travaux de construction, provoquant ce faisant une véritable crise entre Abdeladim El Hafi, le Haut-commissaire aux Eaux et forêts, et Mohammed Hassad, le ministre de l’Intérieur.

Au départ, un Marocain de la région avait construit, sur ce terrain, une maison qu’il avait ensuite léguée à ses enfants et petits-enfants. Mais, en 2008, après une procédure judiciaire, le Haut-commissariat aux Eaux et forêts avait récupéré le terrain et ordonné la destruction de la bâtisse. Quelle ne fut donc sa surprise d’apprendre, quelque temps plus tard, qu’un Saoudien avait entrepris de construire une autre villa à cet emplacement même.

Les sources d’Al Massae affirment que l’homme avait réussi à s’approprier le terrain suite à un contrat de cession, alors même que ce genre de contrats est interdit lorsqu’il s’agit de terrains du domaine forestier.

Source : Le360.ma

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.