Le projet de code de la presse est plus que jamais au centre des débats. Saluant les efforts fournis par le Maroc en la matière, RSF n’a pas, pour autant, manqué de livrer, au ministère de la communication, ses recommandations ainsi que ses remarques.

Amendement de quelques dispositions et révision d’autres, sont les principales recommandations de Reporters sans Frontières. Pointant une série de défaillances dans le nouveau projet de code de la presse, l’ONG a appelé à poursuivre les consultations pour rendre la protection des journalistes et de liberté d’information plus effectives.

« Le projet doit encore être amendé pour être en phase avec les standards internationaux en matière de liberté d’information », a précisé RSF dans sa note remise au ministère de tutelle. Ainsi, les dispositions concernant le secret des sources ou les procès en diffamation « ne peuvent pas constituer des garantis effectives qu’après avoir été précisées et renforcées »,  poursuit la même source.

D’autres dispositions doivent encore, selon RSF, être amendées en profondeur pour ne pas constituer de nouvelles entraves à la liberté d’information au Maroc. Il s’agit notamment du régime de la presse électronique, des procédures de saisie de publication ou de fermeture des sites internet.

Ainsi, l’organisation a pointé la réforme tant attendue, mais qui n’a pas été réalisée, des “lignes rouges”, limitant les publications relatives à la monarchie, l’islam et l’intégrité territoriale.

 

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.