Des données inédites et graves ont été révélées par le site espagnol « El Español » sous le titre « Lewis Hamilton…les barques de haschisch dans le détroit », et qui montrent du doigt l’implication d’éléments de sécurité marocains et espagnols grâce à la corruption.

L’enquête publiée par le site est basée sur les témoignages et les confessions du « célèbre capitaine » dans le monde du trafic de haschich à bord de vedettes ultra-rapides, un certain tétouanais, âgé de 32 ans, surnommé Dédé, et résident à Malaga en Espagne.

Ce témoin révèle comment il a « acheté » des sécuritaires, des magistrats et des avocats espagnols pour éviter la prison ou obtenir l’allégement des peines prononcées par les tribunaux.

Le trafiquant marocain Dédé ou « Lewis Hamilton », en allusion au pilote britannique de Formule 1, a également fait savoir comment il réussit à obtenir des grands barons du haschich quelque 30 millions de centimes quand il leur assure le transit de 3 tonnes de china à partir des côtes marocaines vers le sud espagnol.

Il a, en outre, reconnu gagner environ 2,5 milliards de centimes à chaque fois qu’il fait transiter 3 tonnes de haschisch pour son propre compte à bord de ses deux propres vedettes ultra-rapides, soulignant qu’il possède « sans aucun problème » beaucoup de propriétés immobilières et d’autres biens au Maroc et en Espagne en plus d’importantes sommes d’argents.

+Risque Zéro pour le trafic…+

Le trafiquant marocain a indiqué qu’il ne rencontrait aucun problème pour son trafic. « Au Maroc nous achetons les producteurs dans les montagnes du Rif et des agents de sécurité », a-t-il affirmé ajoutant que ces derniers sont payés d’avance pour assurer « un risque zéro au trafic. »

Selon lui, les trafiquants distribuent 8 millions de centimes à chaque opération lors de leur passage par les montagnes pour joindre la côte d’où la drogue partira vers l’Espagne.

En Espagne, Dédé a indiqué qu’il paye aussi les sécuritaires pour le couvrir. « Nous payons les éléments de la garde civile, notamment ceux chargés de la garde nocturne de l’endroit que nous voulons utiliser pour les déchargements et chargements de la drogue ».

Il a précisé que des magistrats espagnols sont également soudoyés par le biais d’avocats pour permettre aux trafiquants d’obtenir l’acquittement ou des jugements cléments.

A ce propos, il a affirmé avoir « payé 24 millions de centimes pour la libération de prison d’un de ses amis » trafiquants, en confiant l’argent à son avocat qui en a remis une partie au juge et une autre au procureur.

« Le procureur (corrompu) qui dispose de votre dossier présente une requête devant le juge comme quoi il n’y a aucun risque de fuite ou de destruction de preuves (…) et, généralement le juge donne une suite favorable à la requête du procureur », a-t-il dit avant d’ajouter que « si votre avocat ne connait personne, et bien vous moisirez en prison ».

Le capitaine Dédé a indiqué que la dernière opération de trafic qu’il a effectuée remonte à 3 mois après qu’un baron l’ait contacté pour lui demander de faire transiter 2 tonnes de haschisch de la région d’Oued Laou à 40 km de Tétouan vers la plage de Malaga au sud de l’Espagne.

Il a souligné que cette opération lui a pris 2 heures au grand maximum et lui a fait gagner 30 millions de centimes sans compter sa propre quantité de drogue transférée par la même occasion. « Le baron vous permet de transporter une certaine quantité pour votre compte comme une sorte de gage de garantie de la réussite de l’opération ».

Dédé a, enfin, dit conduire lui même les opérations de grandes envergures et laisser les petites quantités à ses sous-traitants pour le transport par exemple de 200 kg de haschisch contre 10 millions de centimes alors que lui il en tirera quelque 100 millions de centimes après sa vente en Espagne.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.