La couverture du magazine ‘La Dépêche du Maroc’, que dirige depuis quelque temps Fouad El Omary (frère d’Ilyas El Omari), a suscité, ce vendredi, une polémique parmi les réseaux sociaux notamment sur Facebook.

Dans le style de Charlie Hebdo, la Une de cet hebdomadaire casablancais est illustrée d’une photo en noir d’un barbu de Daech avec des serpents sortant de sa barbe. Les serpents symbole du mal absolu.

Le slogan en arabe « Mohamad Messager d’Allah « , trois mots écrits en blanc sur la tête du jihadiste, fait allusion au drapeau qu’exhibent avec fierté les combattants de l’Etat Islamique dans leur campagnes médiatiques.

Selon le site « Akhar Alyaoum », proche des islamistes du PJD, cette couverture a été jugée par la plupart des lecteurs comme « vexante, irritante et provocatrice » de sentiments des musulmans.

Ce serait « un premier pas » dans la stratégie qu’ Ilyas El Omari, ex-directeur du groupe de presse « Akher Saâ » et président du PAM, avait « promis de mener contre les islamistes, » après sa nomination à la tête du parti, ajoute la même source .

« La couverture du magazine ne vise personne et ne s’adresse à aucun parti politique. Néanmoins elle traite un phénomène bien déterminé… », répond à ses détracteurs, Ahmed Nachatti, directeur de la rédaction du magazine.

« Il y a une certaine catégorie de personnes  qui ne cherche qu’à rabaisser et ridiculiser notre travail, » ajoute Nachatti en réponse à la polémique qu’à suscité la couverture de son journal.

‘La Une’ consacrée dans cette édition au terrorisme, a traité le fléau sous tous ses angles : des causes qui poussent les jeunes à rejoindre ces groupes djihadistes, aux efforts du Maroc au niveau de la lutte contre le terrorisme, en passant aussi par une interview avec l’ancien prêcheur marocain Abu Hafss, où il partage son avis par rapport à cette problématique, affirme-t-il.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.