Joseph Blatter et Michel Platini verront-ils leur suspension de huit ans levée en appel ? La semaine s’annonce cruciale pour le président démissionnaire de la Fifa et le patron de l’UEFA, qui devraient connaître à partir de lundi la décision de la commission de recours de l’instance mondiale.

Alors que l’élection à la tête de la Fédération internationale approche à grands pas (le 26 février à Zurich), le Suisse et le Français n’en ont toujours pas terminé avec leur marathon juridique et procédural. La sentence en appel de la Fifa constitue une étape clef puisqu’en cas d’échec, les deux hommes, longtemps les personnages les plus puissants de la planète football, n’auront plus que la saisine du Tribunal arbitral du sport (TAS), la plus haute juridiction sportive, pour espérer être blanchis ou voir leurs sanctions réduites.

Blatter et Platini sont tombés en raison du paiement controversé, sans contrat écrit, de 1,8 million d’euros du Suisse au Français en 2011 pour un travail de conseiller achevé depuis 2002. Selon eux, ce versement constituait le solde de la rémunération pour la mission réalisée par le triple Ballon d’Or auprès du président de la Fifa entre 1999 et 2002, sur la base d’un accord oral.

« Gestion déloyale »

Les magistrats de la Fifa, eux, les ont jugés coupables « d’abus de position », de « conflit d’intérêts » et de « gestion déloyale », écartant toutefois la charge de « corruption ».

L’objectif de Platini, obligé d’abandonner la course à la succession de Blatter pour laquelle il faisait figure de grandissime favori, est désormais de blanchir son nom, de restaurer une image écornée et de récupérer au moins son fauteuil de président de l’UEFA.

Blatter lui, n’a plus grand-chose à espérer. A bientôt 80 ans (le 10 mars), sa carrière de dirigeant sportif semble derrière lui et il a déjà été remplacé par le Camerounais Issa Hayatou comme président intérimaire de la Fifa.

AFP/Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.