unnamed

Par Abdelatif Agnouche

Au temps de Jamal Abdennacer, au temps de Michel Aflek, de Chakib Arsalane et de Mohammed Izzet Darwaza, au temps de Saddam et même de Kadafi, fut le « Nationalitarisme ».

Sorte d’idéologie « nationale arabe » ayant la prétention de « fonder » et de légitimer l’existence d’une « nation arabe » face aux impérialismes de toutes sortes, mais qui nie, en même temps, l’essence même de l’idée de nation.

 Pour cette idéologie, la nation arabe « serait un fait indiscutable » puisque désignant un ensemble d’individus et de groupes ayant « une histoire commune » et parlant « une langue commune, l’arabe ».

Alors, les « nationalitaires », venus de nombreux pays arabes dont des Marocains, s’agglutinaient autour des despotes, de dictateurs et autres maniaques et désaxés pour les magnifier et faire l’apologie de leur « génie », et justifiant leurs exactions et leurs crimes. Qu’ils soient même génocidaires, cela ne dérangeait absolument pas ces « intellectuels arabes » du moment qu’ils aient des dollars, beaucoup de dollars au bout du compte.

Mais ce que ces génies de la pensée avaient « oublié » dans leur délire prophétique, c’est qu’ils ne faisaient que reproduire la conception national-socialiste, et donc hitlérienne de la nation. La langue, l’histoire et la recherche de l’espace vital, étaient leurs seuls arguments. Ce qu’ils avaient « oublié », c’est que tout simplement la Nation Arabe n’existait que dans leur petite cervelle, elle-même dépendante de leurs bas instincts matériels. Leur Nation Arabe n’avait pas l’essence d’une Nation puisque les groupes et les individus la composant, n’avaient, et n’ont aujourd’hui encore, aucune VOLONTÉ DE VIVRE ENSEMBLE!

Regardons de plus près la trajectoire tragique de ce nationalitarisme bête. Très vite, d’une sorte d’Internationale Nationalitaire arabe, on est passé à une Internationale Islamiste, où les idéaux d’antan ont fait place à la barbarie, à l’intolérance, à l’altérité et au refus de l’Autre.

Aujourd’hui, ce qui me chagrine, c’est que des Etats nains, comme le Qatar pour ne pas le nommer, prétendent être héritiers de ce monde nationalitaire pourri, prétentieux et regardant l’Autre d’en haut. Il recrute ses propres nouveaux idéologues dont on compte hélas certains de nos professeurs de science politique. Un type qui a pour nom Azmi Bishara, tire aujourd’hui sur tout ce qui oserait s’opposer à ce discours pana-arabiste malade. Chassé, à ce qu’il paraît, par les étudiants de l’université Ibn Zohr d’Agadir, il taxe ses détracteurs, notamment des activistes amazighes, de « groupuscules racistes alliés de l’Occident et d’Israël »!

Il oublie juste que le Maroc est fondamentalement amazighe même si ses habitants sont parfaitement conscients qu’il est plus que cela, qu’il est pluriel, qu’il est aussi hébreux, Hassani, c’est-à-dire arabe et africain, et qu’en tant que tel, n’a aucune volonté « de vivre en commun » avec les contribules de Azmi Bishara.

De grâce monsieur le Grand Penseur arabe, laisse-nous tranquilles. Je me suis surpris à penser que toi et le Saoudien El Ouraifi, vous n’êtes pas si différents. Laissez-nous, Nous avons d’autres chats à fouetter…

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.