Les étudiants en médecine diversifient leurs formes de protestation contre le service sanitaire obligatoire, une campagne visuelle a été initiée par les blouses blanches  pour faire entendre leurs voix.

Pour exprimer leur refus de la mesure les contraignant à travailler dans les régions lointaines et enclavées, les étudiants en médecine et médecins résidents ont fait recours cette-fois à l’image comme forme de protestation. Une campagne visuelle  a été diffusée sur les réseaux sociaux par le Bureau des étudiants en médecine de Rabat.

Les photos en noir et blanc présentent des silhouettes de médecins, armés de stéthoscopes sur certaines photos, avec des messages qui expriment leur frustration quant à leur avenir.

« J’aurais voulu être réanimateur, mais la santé publique a besoin de soins intensifs », peut-on lire sur une photo de la campagne « choc » des étudiants qui risquent à cause des grèves une année sabbatique.

L’affiche la plus choquante est celle d’un homme en blouse blanche suspendu par le cou avec des mots tachés de sang et responsabilisant El Ouardi de la fermeture des horizons des futurs médecins : « j’aurais voulu être médecin légiste, mais El Ouardi a assassiné la santé publique. »

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.