Tel un caméléon, Daech change de tactique et « exige de ses hommes de main de faire leurs preuves sur le terrain en exécutant des opérations terroristes chez eux au Maroc, » avant de rejoindre l’Etat islamique, c’est ce que vient de révéler le BCIJ .

Dans le passé, les jeunes recrues de Daech commençaient leur apprentissage militaire et paramilitaire dans des zones sous son contrôle en Syrie et en Irak, avant de retourner dans leur propre pays pour semer la terreur, explique les experts du FBI marocain.

« En possession d’armes, de munitions et tout un arsenal de destruction, les 5 terroristes arrêtés à Essaouira et Sidi Allal Bahraoui, le 12 septembre 2015, avaient planifié de commettre des actes de sabotage ciblés au Maroc avant de rejoindre les camps de Daech, » expliquent les experts du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), lors d’une conférence de presse lundi, à Rabat.

A partir de l’Algérie voisine, les armes ont été introduites au Maroc par ces 5 éléments qui voulaient se constituer en « Jound al-Khilafa fi al-Maghrib (Les soldats du Califa au Maroc), à l’instar du groupe terroriste algérien (Les soldats du Califa en Algerie) qui avait décapité le guide de haute montagne français Hervé Gourdel en Algerie.

12

« Le Bureau central d’investigations judiciaires, relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a réussi, sur la base d’informations précises, à déjouer un plan terroriste visant à porter atteinte à la sécurité du royaume, suite au démantèlement de cette cellule terroriste composée de cinq membres s’activant dans les villes d’Essaouira, Sidi Allal Bahraoui et Tinzouline (province de Zagora), » explique Abdelhak El Khayam, le directeur général du BCIJ.

arms

+L’Algérie refuse de coopérer…+

Par ailleurs, El Khayam a insisté sur l’importance de la coopération en cours en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme avec les pays amis et voisins « mais qui malheureusement est quasi inexistante avec l’Algérie. »

Quelques 14 cellules terroristes ont été démantelées depuis la mise sur pied du BCIJ en 2014, et toutes avaient pour tactique de se rendre ou de faire passer les recrues vers Daech pour une formation et un formatage terroriste sauf la dernière qui voulait passer à l’acte au Maroc avant de filer à l’anglaise « avec de vrais passeports ».

« Les 5 membres de cette dernière cellule attendaient les instructions et un ou des instructeurs de Daech…mais ils ont vite été mis sous les verrous avant de passer à l’acte, » affirme El Khayam.

L’interrogatoire et l’enquête sont en cours pour déterminer avec exactitude « les sources de financement, les motivations et objectifs criminels de ces 5 terroristes, » ajoute le patron du BCIJ.

Les personnes arrêtées, dont 4 célibataires âgés entre 20 et 39 ans, étaient en possession d’un impressionnant arsenal d’armes et de munitions. Il a été exposé devant les caméras des journalistes, notamment quatre pistolets automatiques, un pistolet mitrailleur, sept bombes lacrymogènes, trois bâtons électriques, des armes blanches et une importante quantité de munitions et de matières suspectes pouvant être utilisées dans la fabrication d’explosifs.

Selon El Khayam: « Le Maroc poursuite sa stratégie de lutte contre le terrorisme en toute transparence…et reste vigilant ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.