Sa pièce de théâtre « Djihad » fait un tabac auprès du public belge. Mais ça ne l’a pas empêché de trouver le temps d’écrire aussi un livre, intitulé « Les aventures d’un Musulman d’ici », qu’il a présente hier jeudi sur la chaine sur la chaîne belge RTL .

 L’auteur raconte son enfance dans une famille marocaine. Il décrit de l’intérieur et avec humour la communauté musulmane de France.

Sur les motivations de la rédaction d’un livre, le réalisateur confie qu’« après les représentations [de sa pièce Djihad],  il y avait à chaque fois des débats. Les questions que les jeunes me posaient n’avaient quasiment jamais à voir avec le djihad, mais plutôt avec ‘C’est quoi être musulman en Belgique ?’. Alors, quand je rentrais chez moi, je gratouillais quelques notes sur du papier ».

Entre autres anecdotes, il y raconte son rapport trouble à Jean-Jacques Goldman pendant sa jeunesse. Un chanteur qu’il apprécie, jusqu’à ce qu’il apprenne par un ami que JJG était juif. « J’étais fan absolu. Mais c’était comme ça. C’est un juif, on ne peut pas. Cela m’a fait prendre conscience qu’il y avait un problème.« 

Pour Ismaël Saïdi, les jeunes font face à une véritable crise identitaire qui ne s’améliore pas avec le temps. « Les questions qu’on me pose lors des débats, ce sont les mêmes que celles que je me posais dans les années 90’. J’ouvre à chaque fois de grands yeux en me disant qu’ils ont les mêmes problèmes aujourd’hui.« 

Ismaël Saïdi entend s’attaquer au fossé qui sépare les jeunes de cultures différentes. « Il y a une méconnaissance de l’autre, déplore-t-il. Le problème vient de là, il faut le briser. J’espère que ce bouquin va y contribuer.« 

Article19.ma/Web

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.