Un train parti jeudi de Budapest a été stoppé une trentaine de kilomètres plus loin par la police qui a ordonné aux migrants qui l’occupaient de descendre des wagons, provoquant quelques échauffourées.

Dans la matinée, les migrants avaient massivement afflué à la gare centrale de la capitale hongroise, après le retrait des policiers qui en interdisaient l’accès.

Plusieurs centaines d’entre eux ont pris un train d’assaut, faisant passer les enfants par les fenêtres, dans l’espoir que ce convoi prenne la direction de l’Autriche et de l’Allemagne. Le principal opérateur ferroviaire hongrois a cependant dit qu’aucun train direct ne devait partir pour l’Europe de l’Ouest.

« Attention, s’il vous plaît, voie 8, le train ne part pas. Veuillez descendre du train », a-t-on annoncé par haut-parleurs à la gare.

On ignore la raison pour laquelle les forces de police se sont retirées.

Finalement parti en direction de Sopron, à la frontière autrichienne, le train a été stoppé à Bicske, une localité située à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Budapest, où les autorités hongroises disposent d’un centre de d’accueil pour migrants.

La police anti-émeute a ordonné aux réfugiés de quitter le train, mais beaucoup d’entre eux ont résisté, certains s’allongeant sur la voie ou prenant la fuite. D’autres ont affronté les forces de l’ordre pour tenter de regagner le train.

 Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.