La DGSE a démenti avoir « élaboré, puis transmis à des journalistes des documents mettant en cause les autorités marocaines », comme le laissait entendre la journaliste Catherine Graciet dans les écoutes révélées dimanche par le Journal du Dimanche (JDD)

Le 27 août dernier, les deux journalistes Éric Laurent et Catherine Graciet rencontrent à l’hôtel Raphaël un avocat marocain mandaté par Rabat dans le but de sceller un « pacte » qui leur vaut aujourd’hui d’être mis en examen pour « chantage et extorsion de fonds » et placés sous contrôle judiciaire.

 Le JDD, qui a eu accès aux enregistrements réalisés par cet avocat, les publiait dimanche. On y découvre notamment Eric Laurent négociant la somme de trois millions d’euros pour annuler la sortie d’un livre qui aurait, selon ses dires, éclaboussé la monarchie marocaine.

Démenti du ministère de la Défense

Au cours de l’enregistrement réalisé ce 27 août, Catherine Graciet affirme qu’elle dispose d’un rapport de la DGSE, les services secrets français, sur le roi du Maroc Mohammed VI, « lors de ses venues en France ». C’est cette information que démentent formellement mardi les services français auprès du JDD.

« Le ministère de la Défense apporte un démenti formel aux allégations de presse selon lesquelles la DGSE aurait élaboré, puis transmis à des journalistes des documents mettant en cause les autorités marocaines », explique-t-on.

 « Le ministère rappelle son attachement à la relation bilatérale franco-marocaine, dans tous les domaines, notamment dans celui de la lutte contre le terrorisme ».

Article19.ma/JDD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.