Le rideau est tombé, samedi soir à Agadir, sur la 12ème édition du festival « Timitar, signes et cultures », avec des spectacles époustouflants de la chanteuse libanaise Diana Haddad et la vedette du chaâbi marocain Zina Daoudia.

Au cours de cette soirée finale, l’assistance fut d’emblée bien servie avec la prestation d’une chanteuse dont la notoriété s’impose depuis quelques années dans le monde de la chanson arabe. Il s’agit en l’occurence de la célèbre Diana Haddad qui a, dès son apparition sur la scène Place Al Amal, enflammé l’immense foule avec ses célèbres tubes comme « Saken », « Lagetek » ou encore « Mas and Louly ».

« Je monte comme si je montais pour la première fois sur scène », a-t-elle confié au public, exprimant par l’occasion son « amour » pour le Maroc et les Marocains.

Vêtu d’un Caftan, la « princesse » de la chanson arabe a, durant une heure et demi, livré un spectacle époustouflant de chansons sentimentales auxquelles elle a insufflé des airs populaires libanais où sont mis en valeur les percussions et les instruments à vent.

Elle termine sa production avec la chanson « La Fiesta », permettant à ses admirateurs de rêver avec sa voix suave dans une ambiance de fête.

Prenant le relais, la chanteuse de musique populaire Zina Daoudia, marque son entrée sur scène avec les fameuses chansons « Neta Waaer Wzaaer » et « Ya Khti Ghir Gari Gari ».

Daoudia,Maroc.

Connue par sa forte présence et sa voix puissante et envoutante, Daoudia a enflammé le public du festival Timitar en faisant vibrer et danser femmes, hommes, enfants, jeunes et moins jeunes.

Le concert donné, lors de cette dernière soirée, a tenu toutes ses promesses au vu de la grande affluence des amateurs de la musique chaâbi, charmés par la voix envoutante de cet artiste qui a réussi à se forger une solide place dans la chanson marocaine populaire.

La vedette a termine la soirée avec son dernier single « Saki » vu plusieurs millions de fois sur Youtube au grand plaisir de l’assistance qui répétait en chœur cette chanson.

L’artiste Daoudia est devenue en quelques années une référence dans le monde de la chanson chaâbi. Son répertoire riche fascine ses fans. Forte de caractère, elle s’initia au violon qu’elle joue remarquablement lors de ses prestations.

La soirée finale, rehaussée par la présence du ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid et le wali de la région Souss-Massa-Draâ, gouverneur de la préfecture d’Agadir, Mohamed El Yazid Zellou, a été marquée par d’autres prestations hautes en notes et en couleurs dédiées à la chanson amazighe, animées par le groupe Ahwach Imintanoute et l’ensemble Aït Laati.

Diana Haddad. Mohamed Boussaïd ministre de l'Economie et des Finances et Le Wali d'Agadir Mohamed El Yazid Zellou.

 

La 12ème édition a ainsi donné l’occasion à la région du Souss de faire rayonner les richesses et le patrimoine de la culture amazighe et d’accueillir les musiques des quatre coins du monde en mettant à l’honneur les valeurs d’ouverture, de partage et de respect des différences.

 

Article19.ma/MAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.